Archives par étiquette : Cayetano Puglisi

Sueño florido 1929-06-13 – Orquesta Cayetano Puglisi

est une jolie valse, principalement connue par un enregistrement de Juan D'Arienzo. Elle a été écrite par Roberto Firpo et enregistrée en premier par Cayetano Puglisi. Il ne faut pas confondre avec le tango du même titre, écrit par Cayetano Puglisi et joué par Roberto Firpo… Je vous amène faire quelques tours avec cette valse.

Extrait musical

1Partition pour piano de Sueño florido tirée du Jornal das Moças (Journal des jeunes femmes) qui était un magazine illustré, hebdomadaire ou bimensuel selon les époques, édité au Brésil. On peut consulter les numéros de 1914 à 1961 en ligne, ce qui est une source précieuse sur les mœurs et points d'intérêt de l'époque, du moins ceux des jeunes femmes brésiliennes de l'époque.
Sueño florido 1929-06-13 — Sexteto Cayetano Puglisi.

Comme pour beaucoup de valses de l'époque, une longue introduction (28 secondes) débute le morceau. Comme DJ, on peut la laisser ou débuter après l'introduction, directement dans le feu de l'action. En général, on laisse l'introduction pour le premier thème d'une , cela laisse le temps aux danseurs d'inviter. En revanche, il faut annoncer que ce sont des valses, sinon, les danseurs peuvent se regarder avec des airs inquiets si c'est un air qui ne leur est pas familier, comme celui-ci. 
Pour revenir à l'écoute de cette valse, on notera la présence somptueuse du violon de Cayetano Puglisi, les bandonéons, la contrebasse et le piano étant utilisé pour le marquer le rythme. Vous remarquerez également la sensation d'accélération finale, qui sera également la marque de fabrique des valses de Juan D'Arienzo. Rappelons que c'est un artifice, pas une réalité. On s'en rendra compte en remarquant que les violons continuent au même rythme. Ce sont, dans le cas présent, les bandonéons qui provoquent l'illusion en jouent trois croches (triolets) sur chaque temps, au lieu de deux croches ou d'une noire. La partition est en mesure 6/8, 6 croches dans une mesure.
Puisque j'ai parlé des instruments, je vous propose de citer la composition de l'orchestre :
Cayetano Puglisi et Mauricio Mise (violons), et Pascual Storti (ou Domingo Triguero) (bandonéons), (piano) et (contrebasse).

Le Sexteto de Cayetano Puglisi au centre (direction et violon), Federico Scorticati (bandonéon), Armando Federico (piano), Domingo Triguero (bandonéon) en échange de Pascual Storti, José Puglisi (contrebasse), (violon).

Les trois frères Puglisi

Comme Pugliese, les Puglisi sont originaires du sud de L'Italie. Leur nom de famille évoque les Pouilles et parfois, certains confondent Puglisi et Pugliese… Non, je ne donnerai pas de nom, mais c'est assez courant 😉
Les trois frères Puglisi sont nés en Italie et sont venus avec leurs parents en Argentine, en 1909.

Cayetano, Emilio et José Puglisi

Le grand frère, Cayetano, est né en 1902 à Messine (Sicile). Il était violoniste, compositeur et chef d'orchestre. Il avait donc environ sept ans à son arrivée en Argentine.

Cayetano était un violoniste très doué, comme vous avez pu l'entendre. Tout jeune, il s'est orienté vers la musique classique sous l'impulsion de son professeur, Osvaldo Pessina, qui avait détecté ses talents. À la suite d'un concert, il s'est vu offert par le journal La Prensa, une bourse pour approfondir ses études musicales en Europe.
La chance, pour le tango, est que la Guerre de 1914-1918 l'empêcha de se rendre en Europe. Il monta un trio avec deux autres gamins (12 à 13 ans), Carlos Marcucci (bandonéon) et Pedro Almirón puis Julián ou Luis Robledo (piano).
Roberto Firpo le remarqua et le fit entrer comme second violon dans son orchestre. Mais le plus important est que Firpo guida Cayetano vers le tango pour l'aider à être le musicien qu'il fut dans ce domaine. Un coup de pouce de Firpo quand on a à peine 14 ans, c'est une chance.

Deux portraits de Cayetano Puglisi.

Le cadet des trois frères, Emilio, est né en 1905 et était violoniste et compositeur. Il avait environ 4 ans à son arrivée.
Il était en 1928, dans le Sexteto de Juan Bautista Guido, notamment pour jouer dans les cinémas. Peu après, il remplaça son frère, probablement jusqu'en 1933 dans l'orchestre de Pedro Maffia, au côté d'Elvino Vardaro.
Dans les années 40, il était violoniste dans l'orchestre de .
Le benjamin, José, né en 1908, était donc bébé lors de son arrivée en Argentine en 1909.
Contrairement à ses frères, il a choisi des instruments à cordes plus imposants puisqu'il jouait du violoncelle et de la contrebasse. Hormis une collaboration avec son frère, notamment en 1923 où ils jouaient dans les cinémas, José travaillera dans la musique classique, notamment au théâtre Colón où il fit carrière.

Autres versions

La première version est notre valse du jour.

Sueño florido 1929-06-13 — Sexteto Cayetano Puglisi. C'est notre valse du jour.
Sueño florido 1936-01-31 — Orquesta Juan D'Arienzo.

C'est la version la plus connue, régulièrement passée en .

Sueño florido 1939-04-05 — Roberto Firpo y su Cuarteto Típico.

Finalement, Firpo se décide à enregistrer sa composition…

L'autre Sueño florido

Ce titre qui est un tango a été composé par Cayetano Puglisi et . Il existe des paroles par Dante A. Linyera (Francisco Bautista Rímoli).
Ce n'est pas vraiment un retour à l'envoyeur, car Firpo a enregistré le sueno florido de Cayetano Puglisi avant que ce dernier enregistre le sien… N'oublions pas que Firpo avait pris sous son aile le très jeune Cayetano et cet échange est donc très logique. C'est un témoignage de leur amitié.

Sueño florido (Tristeza de barrio) 1928-08-03 — Orquesta Francisco Canaro con Charlo.

Charlo chante les paroles de Dante A. Linyera.

Sueño florido (Tristeza de barrio) 1928-10-11 – Orquesta Roberto Firpo.

Le symétrique de notre valse du jour.

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui.

À demain les amis !

Diez años 1934-02-21 (Tango) – Orquesta Francisco Canaro con Ernesto Famá

; Pascual De Gregorio Letra: Manuel Enrique Ferradás Campos

Le 21 février 1934, il y a 90 ans, enregistrait avec Ernesto Famá, seulement 4 jours après l'avoir enregistré avec Ada Falcón. Je saisis cette occasion pour parler des chanteurs d'estribillo et rappeler la différence entre le tango chanson et le tango chanté.

Les deux enregistrements de Diez años par Canaro

Tout d'abord, nous n'avons aujourd'hui la trace sonore que des versions enregistrées. Il ne faut pas oublier que les orchestres se produisaient plusieurs fois par semaine et que seuls leurs « tubes » avaient les honneurs de la gravure. Nous avons ainsi perdu la grande majorité du répertoire de l'époque. Ce n'est pas l'absence d'enregistrement qui peut prouver que l'orchestre ne jouait pas tel ou tel air.
Comme je l'indiquais en introduction, Canaro a enregistré deux fois ce thème en 1934. Le 17 février avec sa « chérie » Ada Falcón, et le 21 février avec Ernesto Famá.
On pourrait penser qu'avec un si court intervalle, les enregistrements sont proches. Que nenni. Ils appartiennent en fait à deux genres différents. Le tango chanson et le tango chanté.
Mais avant d'écouter les différences, faisons le point.

Il y a tango et tango…

Le tango fait partie d'un ensemble culturel qui est tout autant littéraire que musical, audiophile que danseur. Ces directions peuvent être réparties de façon différente chez chacune des personnes qui entre en contact avec un tango.
S'il est danseur, il va souhaiter une musique qui porte à l'improvisation, sans surprises indécelables (variations de rythme arbitraires, par exemple) et avec un support rythmique suffisant pour que les deux partenaires du couple puissent se synchroniser.
S'il est audiophile, il va se concentrer sur l'orchestration, les réponses des instruments, la virtuosité de tel ou tel trait et ainsi de suite. Il pourra le faire en restant dans son fauteuil, sans que la musique l'oblige à se mouvoir. Il va comparer les versions, pinailler sur des différences de tonalité d'un enregistrement à l'autre, sur l'accord du bandonéon et ainsi de suite.
S'il est littéraire, il va savourer les paroles. Cependant, comme en cuisine, tous les plats ne se valent pas et il lui faudra des mets délicieux, écrits par de grands auteurs. Par chance, cela ne manque pas dans la culture tango.

Le danseur de tango « idéal »

Le danseur, celui qui m'intéresse, vu que je suis DJ peut et doit, avoir un peu des autres aspects pour mieux danser.
Un danseur qui ne danserait que le rythme, sans écouter les phrases musicales, les réponses d'instruments et tous les développements qui font la richesse du tango serait bien à plaindre. Ce manque de sensibilité lui permettrait de danser sur Gotan Project et autres orchestres répétitifs, mais ce sera au détriment de l'improvisation et de la richesse de la danse. Certains débutants se contentent de reproduire des chorégraphies apprises en cours, sans chercher à les insérer dans le flux musical, ou mieux, à les déconstruire pour n'utiliser que les briques, au service de l'interprétation dansée de la musique.
Sur l'aspect littéraire, la chose est moins claire. En effet, d'excellents DJ et d'excellents disent prêter peu d'attention aux paroles. Il est clair que pour un danseur qui improvise, les paroles sont de peu d'utilité. Il ne va pas se mettre à pleurer, se mettre à genoux ou autre fantaisie qui seraient dites dans le texte.
Cela était bien clair à l'âge d'or du tango. Les orchestres proposaient des musiques adaptées à la danse. Qu'elles soient instrumentales ou avec chanteurs, mais il est temps de revenir à la distinction entre tango chanson et tango chanté.

Tango chanson et tango chanté

Un tango chanson est un tango destiné à l'écoute. Il est destiné à satisfaire les audiophiles et les littéraires. C'est un genre qui va se développer plus rapidement à partir des années 50, à cause de l'arrivée du microsillon (33 tours) et surtout du rock qui va remplacer le tango dans les activités des danseurs de l'époque. Les orchestres de tango se reconvertissent alors vers le concert, la télévision et la radio pour pouvoir continuer à jouer et vivre de leur art.
Mais il ne faut pas limiter le phénomène aux années 50 et suivantes. En effet, même à l'âge d'or, il y a les deux types de musique.
Pour faciliter le choix, les disques indiquent clairement si c'est destiné à danser ou à écouter.
Il suffit de regarder l'étiquette…

Ada Falcón, avec accompagnement de l'orchestre Francisco Canaro
Francisco Canaro et son orchestre typique (Estribillo par Ernesto Famá)

Vous avez compris. Si le chanteur est indiqué en premier, c'est pour écouter. S'il est indiqué en second, c'est pour danser. C'est plutôt simple, non ?
On trouve aujourd'hui des DJ et danseurs qui ne tiennent pas compte de cette différence et qui considèrent que l'on peut tout danser.
Dans le cas d'Ada Falcón, c'est plutôt envisageable. En général, les voix de femmes, même pour des chansons, laissent plus de place à l'orchestre, notamment dans le registre grave, là où se trouve la rythmique. Ainsi, elles ne la masquent pas et il est possible de continuer à la suivre.
Pour les chanteurs, surtout pour ceux qui en font des tonnes, c'est impossible. On pourrait mentionner la distinction que font certain entre cantor et cantante. Le premier chantant au service de la musique et le second se mettant en valeur, en jouant de tous les artifices possibles pour masquer l'orchestre qui de fait n'est qu'un accompagnement.
Progressivement à partir des années 50, le cantante (avec une jolie voix de chanteur d'opéra) prend le dessus et on ne compte plus le nombre de chansons plus ou moins mièvres et désespérées qui en a résulté. Attention, je ne dis pas que ce n'est pas bien, pas beau. Je dis juste que très peu de danseurs vont à la milonga pour se trancher les veines.

Comment distinguer les tangos chansons à l'écoute ?

Ernesto Famá chante une petite partie des paroles écrites par Manuel Enrique Ferradás Campos. En gros, c'est le refrain (estribillo).
C'est une autre particularité qui divise les tangos de danse des tangos à écouter. Lorsqu'il s'agit de chansons, le chanteur commence dès le début. Quand c'est pour danser, le danseur n'intervient qu'un court moment, le refrain, refrain qui a déjà été présenté aux danseurs par l'orchestre et que donc, ils vont pouvoir danser en confiance.
Lorsque le tango est instrumental, la première fois que le refrain est proposé, il est en général plus simple à danser et lors de la reprise, il est joué par un instrument différent, avec plus de richesse. Le chanteur est dans ce cas un instrument supplémentaire qui permet d'éviter la monotonie en ne jouant pas deux fois la même chose.
Dans les années 50, sous l'impulsion de chefs d'orchestre comme Troilo, la partie chantée va prendre de l'ampleur, même pour le tango de danse. Ainsi, le même titre chanté par Valdez avec l'orchestre de Juan d'Arienzo est présenté comme un tango de danse, mais Valdez chante plus que le seul refrain. Voir ci-dessous, le chapitre sur les paroles.

Même si Valdez chante plus que les chanteurs de la génération précédente, il est encore présenté comme chanteur d'estribillo.

C'est une autre particularité qui divise les tangos de danse des tangos à écouter. Lorsqu'il s'agit de chansons, le chanteur commence dès le début. Quand c'est pour danser, le danseur n'intervient qu'un court moment, le refrain, refrain qui a déjà été présenté aux danseurs par l'orchestre et que donc, ils vont pouvoir danser en confiance.
Lorsque le tango est instrumental, la première fois que le refrain est proposé, il est en général plus simple à danser et lors de la reprise, il est joué par un instrument différent, avec plus de richesse. Le chanteur est pareillement un instrument supplémentaire qui permet d'éviter la monotonie en ne jouant pas deux fois la même chose.
Je termine -là ce sujet. Comme DJ, je mets du tango de danse, sauf si on me demande gentiment de mettre une chanson. Après tout, il faut bien que le bar fasse son chiffre d'affaires.

Les paroles

Le refrain (estribillo)

Ernesto Famá chante une petite partie des paroles écrites par Manuel Enrique Ferradás Campos, le refrain (estribillo).

Diez años transcurrieron desde entonces
cuando temblando llegué hasta ti,
diez años que sirvieron para hundirme
y quitarme hasta las ganas de vivir…
Entonces, buenamente yo soñaba
un mundo nuevo, para los dos.
Y Dios, allá en el cielo solo sabe,
hasta dónde yo he llegado por tu amor.

Estribillo (refrain) Manuel Enrique Ferradás Campos. C'est la seule partie que chante Fama

Les différentes parties chantées, selon les versions

Seule Ada Falcón chante tout. Elle termine en reprenant le refrain (Cuántas veces en mi pecho […] por tu cruel ingratitud.)

Ernesto Famá ne chante que l'estribillo, ce qui est en rouge.
Jorge Valdez chante le premier couplet, le refrain et reprend la fin du refrain (Otra boca […] por tu cruel ingratitud.)
Le dernier couplet, chanté uniquement par Ada Falcon
Ici, une version pour homme du dernier couplet. Elle n'est pas utilisée dans les trois enregistrements présentés.

Autres enregistrements de Diez años

Je vous propose trois enregistrements de ce titre. Les deux avec Canaro et une version de 1958 par Juan d'Arienzo avec Jorge Valdez au chant.
Vous avez vu les étiquettes, deux sont pour la danse (Fama et Valdez) et un pour l'écoute (Falcon).

Diez años 1934-02-17 Ada Falcón con acomp. de Francisco Canaro
Diez años 1934-02-21 – Francisco Canaro C Ernesto Famá
Diez años 1958-12-17 – Orquesta Juan D'Arienzo con Jorge Valdez

Autres titres enregistrés un 21 février

Unión Civica 1933-02-21 – Juan Maglio (Pacho) y su orquesta de la guardia vieja
Te quiero mucho más 1934-02-21 – Francisco Canaro C Ernesto Famá (Antonio Sureda Letra: ). Il a été enregistré le même jour que Diez años.
Murió la vecinita 1935-02-21 — Típica Victor C Alberto Gómez Dir Adolfo Carabelli (Guillermo Rivero; Juan Carlos Ghio Letra: Nolo López)
Jalisco nunca pierde 1938-02-21 (Marcha) – C El « Chato » Roberto Flores ( Barcelata ; T. Guizar). C'est une marche en l'honneur du territoire de Jalisco, au Mexique (le film Jalisco nunca pierde est sorti en 1937). Le fait que ce soit une marche rappelle qu'à l'époque, les bals n'étaient pas que tango, mais toutes danses, avec en général deux orchestres.
Mi noche triste 1949-02-21 – C Floreal Ruíz
Diez años que sirvieron para hundirme y quitarme hasta las ganas de vivir…

Tus besos fueron míos 1927-02-17 (Tango) – Orquesta Típica Victor (Direction Adolfo Carabelli)

Anselmo Alfredo Aieta Letra : Francisco García Jiménez

Tus besos fueron míos

Le tango du jour a 97 ans. Son titre est explicite, Tus besos fueron míos (Tes baisers furent miens) et son sujet, toujours d'actualité.
Même s'il s'agit ici d'une version instrumentale, on imagine qu'il s'agit de la chanson de la perte d'un amour. Les paroles que l'on connaît dans la plupart des autres versions le confirment.
J'ai choisi ce tango pour pouvoir parler de son éditeur, la firme RCA Victor. En effet, l'orchestre Típica Victor ne jouait pas en public, seulement en studio, c'est l'originalité de certains de ces orchestres de maisons d'édition.

Victor ou Victors ?

La particularité de ces orchestres de maisons d'édition de disques était qu'ils n'étaient pas associés à un Directeur d'orchestre. Les musiciens pouvaient rester les mêmes et le chef changer, contrairement aux orchestres dirigés par des chefs ayant donné leur nom à l'orchestre. Le premier chef d'orchestre à avoir été contracté par la Victor a été un jeune pianiste, Adolfo Carabelli, qui a eu par la suite son propre orchestre. Ce tango date de cette période.

Les musiciens de la orquesta Típica Victor vers 1927 De gauche à droite : Contrebasse : Humberto Costanzo — Violons : Eugenio Romano, Agesilao Ferrazzano et Manlio Francia — Bandonéons : Luis Petrucelli, Ciriaco Ortiz et Nicolás Primiani — Piano : Vicente Gorrese. Adolfo Carabelli (le chef d'orchestre et le violoniste Elvino Vardaro qui travaillait aussi à l'époque pour la RCA Victor, ne sont pas sur la photo.

Qui dit pas Victor a parfois tort

Souvent, des danseurs me demandent la Típica Victor. Soucieux de leur faire plaisir, je leur demande quel orchestre, quelle période, quel titre et je n'obtiens jamais de réponse.
Certains DJ, sous le prétexte qu'il y a écrit Victor passent n'importe quels titres sans tenir compte des styles assez différents selon les orchestres et les directeurs qui se sont succédé.

Les différents orchestres Victor

En revanche, il est souvent possible de mélanger un titre de la Victor avec un titre enregistré par le même chef avec son propre orchestre.
On remarquera, en effet, qu'avec les mêmes musiciens, les chefs ont mis leur empreinte. C'est d'ailleurs un phénomène bien connu pour les orchestres de musique classique.

Le nom ne fait pas la tanda

Beaucoup de DJ débutants l'apprennent à leur dépens (ou à celui de leurs danseurs), le nom d'un orchestre ne suffit pas pour fabriquer une belle tanda. Dans le cas des orchestres Victor, c'est assez clair, mais si on prend l'exemple de Canaro, de ces différents orchestres (tango et jazz), de ses différentes formations, quintettes, Típicas et de sa très longue période d', on se retrouve face au même problème.
Reconnaissons toutefois que c'est un peu moins gênant maintenant, car ces DJ s'appuient désormais sur des playlists qui circulent et que donc, le travail de tri a déjà été fait. C'était particulièrement sensible au début des années 2000. Voir à ce sujet, cet article.

Écoute

Tus besos fueron míos 1927-02-17Orquesta Típica Victor (Direction Adolfo Carabelli)

L'archive sonore présentée ici, l'est à titre d'exemple didactique. La qualité sonore est réduite à cause de la plateforme de diffusion qui n'accepte pas les fichiers que j'utilise en milonga et qui sont environ 50 fois plus gros et de bien meilleure qualité. Je pense toutefois que cet extrait vous permettra de découvrir le titre en attendant que vous le trouviez dans une qualité audiophile.

Les paroles

Tus besos fueron míos.
Dique Victor 79334-A

Hoy pasas a mi lado con fría indiferencia
Tus ojos ni siquiera detienes sobre mí
Y sin embargo, vives unida a mi existencia
Y tuyas son las horas mejores que viví
Fui dueño de tu encanto, tus besos fueron míos
Soñé y canté mis penas junto a tu corazón
Tus manos en mis locos y ardientes desvaríos
Pasaron por mi frente como una bendición

Y yo he perdido por torpe inconstancia
La dulce dicha que tú me trajiste
Y no respiro la suave fragancia
De tus palabras, ¡y estoy tan triste!
Nada del mundo mi duelo consuela
Estoy a solas con mi ingratitud
Se fue contigo, de mi novela
La última risa de la juventud

Después te irás borrando, perdida en los reflejos
Confusos que el olvido pondrá a mi alrededor
Tu imagen se hará pálida, tu amor estará lejos
Y yo erraré por todas las playas del dolor
Pero hoy que tu con encendidos bríos
Ocupa enteramente mi pobre corazón
Murmuro amargamente: « tus besos fueron míos
Tus besos de consuelo, tus besos de pasión »

Y yo he perdido por torpe inconstancia
La dulce dicha que tú me trajiste
Y no respiro la suave fragancia
De tus palabras, ¡y estoy tan triste!
Nada del mundo mi duelo consuela
Estoy a solas con mi ingratitud
Se fue contigo, de mi novela
La última risa de la juventud

Anselmo Alfredo Aieta Letra : Francisco García Jiménez

Autres enregistrements

Ce titre a été enregistré à plusieurs reprises, dans un balancement entre versions instrumentales, versions chantées et versions chansons (seulement pour l'écoute et pas pour la danse).

  • 1926, Carlos Gardel accompagné par les guitares de Guillermo Barbieri et José Ricardo enregistrait ce titre avec les paroles.
  • 1926, Enregistrement par Canaro
  • 1927-02-17, la version que je vous propose aujourd'hui et qui a donc 97 ans, est celle enregistrée le 17 février 1927 par l'orchestre Típica Victor. Il a été édité sur disque 78 tours sous la référence Victor 79334 A. Sa matrice portait le numéro 1102-2. C'était le deuxième enregistrement de la journée et il est devenu la face A du disque.
    Le même jour, la Típica Victor enregistra Trago amargo de Rafael Iriarte Letra : Julio Plácido Navarrine (matrice 1101-1).
    À cette époque, les maisons d'édition regravent les titres avec les nouveaux procédés d'enregistrement électrique. Cela provoque une activité intense, comme en témoignent d'autres enregistrements du du même jour, comme l'enregistrement de la comparsita par Canaro, chez Odéon.
  • 1927-02-21, propose une version chantée, accompagnée par des guitaristes.
  • 1927-05-30, Canaro l'enregistre de nouveau, toujours en version instrumentale.
  • 1930-12-13, encore Canaro, mais en accompagnant de sa chère Ada Falcon. Voir cet article pour des infos sur leur « couple ».
  • 1946-11-29, sort le titre de l'oubli avec le chanteur Roberto Videla. Malgré le mode mineur (tristesse), la partie instrumentale est assez allègre. En revanche, Videla met beaucoup (trop ?) d'émotion. On peut aimer et ça reste comme Tanturi en général, dansable.
  • 1952-08-14, et le chanteur Enzo Valentino en donne une version chantée. C'est clairement une chanson qui n'était pas destinée à la danse. Attadia, n'a pas contrôlé le chanteur comme l'avait fait Tanturi.
  • 1952-11-14, Alfredo de Angelis et Carlos Dante en donnent une version chantée bien équilibrée et qui permet une danse de qualité. Elle rejoint donc la version de Tanturi dans la discothèque du DJ de tango.
Pero hoy que tu recuerdo con encendidos bríos
Ocupa enteramente mi pobre corazón
Murmuro amargamente: « tus besos fueron míos
Tus besos de consuelo, tus besos de pasión »