Archives par étiquette : Herbert George Wells

Tinta verde 1938-03-07 — Orquesta Aníbal Troilo

(compositeur)

Peut-être vous êtes-vous demandé pourquoi ce sublime tango s'appelait « Tinta Verde » (Encre verte). La version de ce tango du jour a été enregistrée par Anibal Troilo le 7 mars 1938, il y a exactement 86 ans, mais la musique a été écrite par Bardi en 1914. Une histoire d'amitié comme il en existe tant en Argentine.

Jetez l'encre

Agustín Bardi (13 août 1884 – 21 avril 1941) a écrit ce très beau tango en 1914. Il n'en existe pas à ma connaissance de versions chantées, toutes les versions sont instrumentales. On n'a donc que l'écoute et le titre pour avoir une idée du thème. Je me suis intéressé à d'autres tangos qui parlaient d'encre (tinta).
Tinta roja (Sebastián Piana Letra: Cátulo Castillo). Il ne s'agit pas d'encre rouge, mais des jeux de couleurs, couleur du sang et du vin teinté (les hispanophones disent vino tinto pour parler du vin rouge). Tinta roja (1942) a sans doute été écrit en réponse à tinta verde qui avait toujours du succès comme en témoignent les enregistrements de D'Arienzo 1935 et Troilo 1938, celui dont on parle aujourd'hui).
(Antonio Polito Letra : ). Encre de Chine. Peut-être pour les mêmes raisons, mais sans le même succès, ce tango écrit en 1942 parle des personnes à la peau noire. Tinta china se réfère donc à la couleur de la peau.
Tinta verde. J'ai gardé le suspens, mais je vous rassure, c'est impossible de deviner pourquoi ce tango s'appelle Tinta verde (encre verte). Ce n'est pas une histoire de couleur de peau (pas de petits Martiens à la peau verte), d'autant plus que la célèbre émission d'Orson Welles mettant en scène la Guerre des Mondes d' (le plus grand pionnier de la science-fiction) n'a été diffusée que le 30 octobre 1938 et ce tango écrit en 1914.
Je lève le suspens, il s'agit tout simplement de l'encre verte, celle que l'on peut mettre dans les stylos.

1 Je suis parti d'une photo de Octopus Fluids, le fabricant de l'excellente encre Barock 1910, la verte s'appelle jade. J'espère que le collègue photographe ne m'en voudra pas de cet emprunt, mais j'ai trouvé sa photo si belle que je n'ai pas eu d'idée pour faire mieux. Voici le site d'Octopus Fluids pour ceux que ça intéresse. https://www.octopus-fluids.de/en/writing-ink-fountain-pen-inks/barock-fountain-pen-inks

Vous allez me dire que je devrais avancer une preuve, car le tango étant instrumental, c'est difficile à vérifier.
La preuve, la voici ; Agustín Bardi avait pour voisin et ami, Eduardo Arolas (24 février 1892 – 29 septembre 1924). Ce dernier était illustrateur en plus d'être bandonéoniste, compositeur et chef d'orchestre. Il était donc coutumier de l'usage des encres. Curieuse coïncidence, à la même époque, Agustín Bardi travaillait pour une entreprise de transport, « La Cargadora » (la chargeuse, ou le chargeur). Dans cet établissement, Agustín écrivait les étiquettes des expéditions à l'encre verte. Cela lui a donné d'écrire le tango pour son jeune ami (il avait 22 ans et Agustín 30), compagnon d'usage des encres.

Eduardo, qui était donc également illustrateur a réalisé la couverture de la partition qui lui était dédiée, à l'encre verte… La boucle est bouclée.

Extrait musical

Depuis 1914, il y a eu diverses versions du titre. Vous pourrez entendre la plupart en fin de cet article. Mais le tango du jour est l'excellente version de Troilo de 1938. Il l'a réenregistré, avec moins de bonheur à mon sens en 1970.

Tinta verde 1938-03-07 — Orquesta Aníbal Troilo. C'est le tango du jour.

Je trouve amusant de proposer en réponse, l'encre rouge, qui elle a des paroles chantées par Fiorentino. Nous en reparlerons sans doute en octobre…

Tinta roja 1941-10-23 — Orquesta Aníbal Troilo con / Sebastián Piana Letra : Cátulo Castillo

Je vous laisse apprécier le contraste. Ces titres peuvent être compatibles, pour les DJ qui mélangent les tangos chantés et instrumentaux.

D'autres enregistrements

Cette histoire d'amitié, trop vite interrompue par la mort d'Eduardo Arolas (en 1924, à 32 ans), a donné lieu à de nombreuses et belles versions. Agustín Bardi aura le bonheur d'entendre les versions de D'Arienzo et Troilo, mais probablement pas l'intéressante interprétation de Demare. Ce dernier l'a enregistré plus d'un an après la mort de Bardi, mais il se peut qu'il l'ait joué en sa présence avant avril 1941.

Tinta verde 1916 — Quinteto Criollo Atlanta. Une version acoustique, mais plutôt mélodique. Pas pour nos milongas, mais à découvrir, tout de même.
Tinta verde 1927-10-17 — Osvaldo Fresedo. Une version un peu , moyennement intéressante, même pour l'époque. À réserver aux fans absolus de Fresedo et de la vieille garde.
Tinta verde 1929-10-03 — Orquesta Pedro Maffia. Une version tranquille qui aura une sœur 30 ans plus tard.
Tinta verde 1935-08-12 — Orquesta Juan D'Arienzo. Un D'Arienzo typique de sa première période, avant l'arrivée de Biagi dans l'orchestre.
Tinta verde 1938-03-07 — Orquesta Aníbal Troilo. C'est le tango du jour.
Tinta verde 1942-12-09 — Orquesta Lucio Demare. J'aime bien l'entrée du piano au début de cette version.
Tinta verde 1945-10-30 — Orquesta . Magnifique solo de violon.
Tinta verde 1954-01-26 — Orquesta Carlos Di Sarli. Une version lente et majestueuse, comme sait en produire El Señor del Tango.
Tinta verde 1957-06-19 — Orquesta Juan Cambareri. Une version un peu précipitée. Amusante, quasiment dansable en . Elle sera sans doute déroutante pour les et donc à éviter, sauf occasion très particulière.
Tinta verde 1959 — Orquesta Pedro Maffia. 30 ans après le premier , Maffia joue avec une sonorité différente, mais un rythme proche.
Tinta verde 1966-12-23 — Orquesta Armando Pontier. Une version assez originale. Pas forcément géniale à danser, mais agréable à écouter.
Tinta verde 1967-11-14 Orquesta Juan D'Arienzo. Ce n'est clairement pas la meilleure version. Je ne proposerai pas en milonga, même si cela reste dansable.
Tinta verde 1970-11-23 — Orquesta Aníbal Troilo. Comme pour D'Arienzo, on s'éloigne un peu trop du tango de danse. C'est magnifique, mais sans doute insatisfaisant pour les meilleurs danseurs.

Il existe bien d'autres versions, les thèmes appréciés par Troilo ou D'Arienzo ont beaucoup de succès avec les orchestres contemporains. N'hésitez pas à donner votre avis sur votre version préférée en commentaire (il faut créer un compte pour éviter les spams, mais ce n'est pas très contraignant).

Agustin Bardi (à droite), a écrit ce tango pour son ami, Eduardo Arolas, à gauche.