Archives par étiquette : madre

Con los amigos (A mi madre) 1943-03-02 – Orquesta Ricardo Tanturi con Alberto Castillo

Carlos Gardel et (paroles et musique)

Con los amigos (a mi ) est un thème écrit par Carlos Gardel et José Razzano. Mais la version que j'ai choisie pour le a été enregistrée le 2 mars de 1943 par Tanturi et Castillo. La particularité est que la chanson originale s'est commuée en , mais ce n'est pas la seule surprise…

On connaît, un peu l'histoire de Carlos Gardel, je devrais dire les histoires pour ne pas fâcher mes amis Uruguayens et Argentins. Que Gardel soit enfant de France, ou de quelque qu'autre endroit, il a eu une relation particulière avec sa mère.
Pas forcément celle qu'elle espérait, dans la mesure où il a fait les 400 coups et même des coups plutôt pendables.
On sait cependant que Gardel avait un bon cœur et qu'il chérissait sa mère, même s'il ne l'a pas toujours entouré de toute l'affection qu'elle aurait pu attendre.
Cette chanson doit sans doute être prise pour un regret, un remords, un hommage à sa mère qui a élevé seule ce chenapan de Gardel.

Extrait musical

Con los amigos (A mi madre) 1943-03-02 — Orquesta con (Valse)

Les paroles

Con los amigos que el oro me produjo
Pasaba con afán las horas yo
Y de mi bolsa el poderoso influjo
Todos gozaban de esplendente lujo
Pero mi madre, no

¡Pobre madre!, yo de ella me olvidaba
Cuando en los brasosdel vicio me dormí
Un inmenso cortejo me rodeaba
Yo a nadie mi afecto le faltaba
Pero a mi madre, sí

¡Hoy moribundo en lágrimas deshecho!
Exclamo con dolor, todo acabó
Y al ver que gime mi angustiado pecho
Todos se alejan de mi pobre lecho
Pero mi madre, no

Y cerca ya del último suspiro
Nadie se acuerda por mi mal, de mí
La vista en torno de mi lecho giro
Y en mi triste en derredor a nadie miro
Pero a mi madre, sí

¡Hoy moribundo en lágrimas deshecho!
Exclamo con dolor, todo acabó
Y al ver que gime mi angustiado pecho
Todos se alejan de mi pobre lecho
¡Pero mi madre, no!

Carlos Gardel et José Razzano (musique et paroles)

Je propose ici les deux premiers couplets et le dernier, pour vous donner une idée du thème de ce tango.
Avec les amis que l'or me procurait, moi, je trompais les heures, et de ma poche, le pouvoir influait. Tous jouissaient d'un luxe splendide, mais ma mère, non !
Pauvre mère ! Moi, je l'oubliais quand dans les bras (emprise, mais j'aime mieux le changement de parole de la version de ) du vice je m'endormis.
Une immense cour m'entourait. Personne ne manquait de mon affection. Mais ma mère, si.

[…]
Aujourd'hui, moribond, en larmes, défait, je crie de douleur, tout est fini et à voir ma poitrine oppressée gémir, tous quittent mon pauvre lit, mais ma mère, non.
La morale de ce tango pourrait être que les amis faits par l'argent ne valent pas l'amour d'une mère.

Autres versions

Tout d'abord, un exemple de la chanson originale par Carlos Gardel, celle qu'il chantait pour exprimer ses regrets à sa mère.
Il existe plusieurs enregistrements, 1919,192 0, 1930, 1933. J'ai choisi celui-ci où l'on ressent bien l'émotion dans la voix de Gardel.

A mi madre (Con los amigos) 1930-05-22 Carlos Gardel accompagné par , , (guitares).

Version en chanson, avec de jolies guitares. Bien sûr, pas pour la danse. D'ailleurs Gardel ne se danse pas, même si on danse sur plusieurs de ses titres quand ils sont joués par d'autres orchestres, comme celui de Tanturi ou celui de Canaro dans ce cas (voir ci-dessous).

Con los amigos (A mi madre) 1943-05-12 — Orquesta Francisco Canaro con Eduardo Adrián.
Gardel à Nice en 1931. Il est au centre avec Charlie Chaplin. Pensait-il à ce moment à sa mère ?
Charlie Chaplin, c'est Charlot, à ne pas confondre avec le chanteur Charlo 😉