Archives par étiquette : Orlando Medina

Remembranza 1956-07-04 — Orquesta Osvaldo Pugliese con Jorge Maciel

Mario Melfi Letra: Mario Battistella

Si on ne doit se souvenir que d'une composition de Mario Melfi, c'est sans conteste de Poema. Mais si on doit se souvenir de deux, alors, Remembranza, notre tango du jour est assurément dans la liste. Ce qui en revanche est curieux est que l'on associe très peu ces deux titres, très semblables. Mais peut-être qu'il y a une ou plusieurs solutions…

mixtes

Hier, dans un groupe de DJ, une question très étrange a été posée. Combien de tandas mixtes peuvent être passées dans une milonga ?
J'avoue que j'ai relu deux fois la question pour voir de quoi il s'agissait. Il arrive en effet, que l'on mélange dans la même tanda, des orchestres différents. C'est assez fréquent pour les milongas et les valses et je le fais parfois, par exemple pour associer des enregistrements de Carabelli avec son propre orchestre et de la Típica Victor, dirigée par lui. Je le fais également quand il y a un titre orphelin, qui n'a pas de tango compatible par le même orchestre et qu'un autre orchestre à quelque chose qui peut bien se combiner avec. L'étrangeté de la question vient de « combien de tandas mixtes »…
Je n'ai pas répondu au groupe, mais ma réponse aurait pu être, le DJ fait ce qu'il veut dans la mesure où les danseurs sont contents. Faire de bonnes tandas mixtes est difficile, faire 100 % de tandas mixtes serait un défi très difficile à relever…
Poema est associé à l'enregistrement de Canaro et Maida de 1935. Remembranza a plusieurs points d'accroche. Notre enregistrement du jour avec Pugliese et Maciel est sans doute le plus connu. 21 ans séparent ces deux enregistrements, un écart encore plus grand existe entre les styles des orchestres, ce qui rend bien évidemment ces deux enregistrements totalement incompatibles dans une même tanda.
Cependant, la structure des morceaux est tout à fait compatible, on trouve même des extraits de phrases musicales comparables entre les deux œuvres. Remembranza aurait été enregistré par et Maida, ou Poema par Pugliese et Maciel et on aurait deux piliers solides pour une tanda.
Ce rêve existe cependant. Je vous le présenterai en fin d'article…

Extrait musical

Remembranza 1956-07-04 – Orquesta Osvaldo Pugliese con Jorge Maciel
Partition argentine de Remembranza.

Paroles

Cómo son largas las semanas
cuando no estás cerca de mí
no sé qué fuerzas sobrehumanas
me dan valor lejos de ti.
Muerta la luz de mi esperanza
soy como un náufrago en el mar,
sé que me pierdo en lontananza
mas no me puedo resignar.
¡Ah
¡qué triste es recordar
de tanto amar,
esa dicha que pasó…
Flor de una ilusión
nuestra pasión se marchitó.
¡Ah
¡olvida mi desdén,
retorna dulce bien,
a nuestro amor,
y volverá a florecer
nuestro querer
como aquella flor.
En nuestro cuarto tibio y rosa
todo quedó como otra vez
y en cada adorno, en cada cosa
te sigo viendo como ayer.
Tu foto sobre la mesita
que es credencial de mi dolor,
y aquella hortensia ya marchita
que fue el cantar de nuestro amor.

Mario Melfi Letra : Mario Battistella

Autres versions

Les versions françaises

Je pense vous surprendre en vous indiquant que les deux premiers enregistrements de ce titre ont été chantés en français. En effet, Melfi et Battistella étaient à Paris à l'époque. Mario Melfi a même fait l'essentiel de sa carrière en France où il est mort en 1970. Le titre en français est Ressouvenance, un terme aujourd'hui tombé en désuétude…
C'est donc Mario Melfi qui ouvre le bal des versions avec un enregistrement de 1934, chanté, donc en français, par Marcel Véran et appelé donc Ressouvenance et pas Remembranza.

Ressouvenance 1934 — Mario Melfi Chant Marcel Véran (en français). Paroles de Robert Chamfleury et Henry Lemarchand.

C'est le plus ancien enregistrement, de plus, réalisé par l'auteur de la musique, Mario Melfi. En ce qui concerne les paroles en français, on se rend compte qu'elles sont proches de celles de Battistella. On peut donc penser que Battistella est bien l'auteur original, puisqu'il était à Paris et que Robert Chamfleury et Henry Lemarchand ont adapté (avec plus de talent que moi) les paroles en français. Vous pourrez en trouver la transcription après le chapitre autres versions.

Ressouvenance 1934 — et son Orchestre Tango Chant Guy Berry (en français).

Merci à mon collègue Michael Sattler qui m'a fourni une meilleure version de ce titre. Si c'est le second enregistrement, il semblerait que Guy Berry fut le premier à chanter le titre.

Couverture de la partition de 1934. On voit que Berry a créé le tango et les paroliers sont uniquement les deux français. On notera également que Melfi est crédité de son succès de Poema.
Ressouvenance 1934-12-13 — Orlando et son orchestre Chant Jean Clément (en français).
Remembranza 1944 — Ramón Mendizabal. Remembranza a été gravé sur la face B du disque, la face A étant réservée à Obsession.

Avec cet enregistrement, j'arrête la liste des versions « françaises » (même si la dernière n'est pas chantée). Et je vous propose maintenant les versions « Argentines ».

Les versions argentines

Remembranza 1937-05-11 — con guitarras.

Après les versions françaises avec orchestres, les guitares de Héctor Palacios ne font pas tout à fait le poids. Cependant, ce titre est compatible avec ce type de version intime et si le résultat n'a rien à faire en milonga, il est plutôt agréable à écouter.

Remembranza 1943-02-12 — Orquesta con Orlando Medina.

Une jolie version, dans le style de Malerba et Medina qui a sa sonorité particulière.

Remembranza 1947-05-09 — Orquesta Ricardo Tanturi con Osvaldo Ribó.

Si les versions précédentes avec orchestre, y compris les versions françaises étaient harmonieuses, je trouve que celle-ci souffre d'un manque de cohérence entre la voix de Ribó et l'orchestre de Ricardo Tanturi. Le talent des deux n'est pas en cause, Osvaldo Ribó avec un orchestre plus présent aurait donné une très belle version et inversement.

Remembranza 1948-09-08 — Orquesta Alfredo Gobbi con Jorge Maciel.

La voix travaillée de Maciel n'a peut-être pas trouvé l'orchestre idéal pour sa mise en valeur. On sent Gobbi un peu réservé, là encore, le résultat ne me convînt pas totalement.

Remembranza 1952-05-23 — y su orquesta típica con Carlos del Monte.

Encore une version qui ne va pas provoquer des ondes d'enthousiasme. De plus, elle n'est pas destinée à la danse, mais c'est intéressant de temps à autre de présenter un de ces deux-cent d'orchestres qui ont œuvré à l'âge d'or et qui n'ont pas eu droit à la reconnaissance de la postérité.

Remembranza 1954-12-28 — Orquesta con Carlos Dante.

On arrive dans des versions un peu plus travaillées. On remarquera l'introduction très particulière de cette version de De Angelis.

Mais attendez la suite, les choses sérieuses commencent.

Remembranza 1956-07-04 — Orquesta Osvaldo Pugliese con Jorge Maciel. C'est notre tango du jour.

Les essais de voix plus travaillées entendus précédemment trouvent un meilleur terrain avec l'orchestre de Pugliese. Le mariage de la voix de Jorge Maciel avec l'orchestre est bien plus abouti dans cette version que dans celle de Gobbi, 8 ans plus tôt.

Remembranza 1963 — Orquesta con Susy Leiva.

J'aurais présenté les choses à l'envers, Susy Leiva accompagnée par l'orchestre de Juan Canaro. C'est une version à écouter, la voix de Susy Leiva est expressive et a de l'émotion. Mais bon, revenons à nos piliers.

Remembranzas 1964-09-25 — Orquesta Juan D'Arienzo con Jorge Valdez.

Avec Jorge Valdez, D'Arienzo a un peu mis de côté le tango de danse pour suivre la mode de l'époque qui était plus radiophonique ou télévisuelle que dansante.
D'Arienzo interprète le titre dans ses concerts, comme ici à Montevideo en 1968.

Remembranzas 1968 — Orquesta Juan D'Arienzo con Osvaldo Ramos. Cet enregistrement a été réalisé à Montevideo (Uruguay).

On revient avec Jorge Valdez qui gagne la palme du chanteur qui a le plus enregistré Remembranza, encore une émission de télévision.

Jorge Valdez en Grandes Valores (une émission des années 70).

Paroles de la version chantée en français par Guy Berry, Marcel Véran, Jean Clément et autres chanteurs français

Combien est longue une journée
Quand tu n'es pas auprès de moi.
Comment ai-je pu deux années
Vivre sans entendre ta voix ?
Je n'ai pour consoler ma peine
Que les doux rêves du passé,
Car ni les jours ni les semaines
N'ont jamais pu les effacer…
Ah !… Qu'il est troublant, chéri(e),
D'évoquer, comme on prie,
Ce bonheur, hélas trop court.
Rien n'a pu ternir
Le souvenir de ces beaux jours.
Ah !… Pardonne à ma folie.
Reviens je t'en supplie
À notre amour.
Rien ne pourra me griser
Que tes baisers,
Comme aux anciens jours.
Dans notre chambre tiède et rose,
Tout est resté comme autrefois.
Et chaque objet et chaque chose
Ne me semble attendre que toi.
Ton portrait sur la cheminée
Semble sourire à mon espoir.
Dans un livre, une fleur fanée
Rappelle nos serments d'un soir…

Mario Melfi Letra : Mario Battistella (adapté en français par Robert Chamfleury et Henry Lemarchand)

Remembranza et Poema unis dans une tanda idéale

Nous avons vu en début d'article qu'il n'y avait pas d'enregistrement compatible de ces deux titres à l'âge d'or du tango. C'est une grande frustration pour les DJ et sans doute les danseurs.
En fait, ce n'est pas tout à fait vrai, car les Pesenti ont enregistré Poema et Ressouvenance, mais ce ne sont sans doute pas des versions suffisantes pour les danseurs avancés. Je vous laisse en juger.

Poema 1933 – Orquesta Típica Auguste Jean Pesenti du Coliséum de Paris con Nena Sainz.
Ressouvenance 1934 — Auguste Jean Pesenti et son Orchestre Tango Chant Guy Berry (en français).
Poema 1937 – René Pesenti et son Orchestre de Tango con .

Je rajoute cette version de Poema par le frère de Auguste Jean, René Pesenti. Elle est compatible et présente l'avantage d'être chantée par un homme (Alberto), ce qui peut être préféré par certains qui n'aiment pas trop les mélanges dans une tanda.

Si vous avez estimé que ces versions n'étaient pas à la hauteur, il nous faut chercher ailleurs. Je pense que l'orchestre qui va nous donner ce plaisir est la Romantica Milonguera. Il a enregistré les deux titres dans des versions compatibles et de belle qualité, presque équivalentes à la version de Canaro et Maida.
Je vous présente ces deux enregistrements en vidéo. Une belle façon de terminer cette anecdote du jour, non ?

Orquesta Romantica Milonguera — Poema
Orquesta Romantica Milonguera — Remembranza

Merci à la Romantica Milonguera et à demain, les amis !

Violín 1944-03-16 – Orquesta Ricardo Malerba con Orlando Medina

; Letra

Ricardo Malerba était bandonéoniste et ses frères étaient violoniste (Carlos) et pianiste (Alfredo). Carlos est mort au Portugal lors d'une en 1931 et il se peut que Violín, soit un hommage de Ricardo à son frère trop tôt disparu. Quoi qu'il en soit, ce titre mérite d'être le . Il a été enregistré il y a exactement 80 ans.

On connaît Malerba, comme chef d'orchestre et compositeur. Il était un bandonéoniste, semble-t-il, assez moyen si on en croit un témoignage rapporté par Tango al Bardo qui indique qu'il laissait le gros du travail à Miguel Caló lors de la tournée en Espagne des années 30.

Les violonistes de Malerba à cette époque sont Alfredo Lattero, Ernesto Gianni, Francisco Sanmartino et José López. Il m'est impossible de dire lequel effectue les magnifiques solos de violon que l'on peut entendre dans cette œuvre.
Son frère, Alfredo avait entretemps épousé Libertad Lamarque. Cette dernière lui a permis de travailler à Radio Belgrano, à condition qu'il propose des tangos rythmés à la D'Arienzo…
Pour cela il avait un autre atout, son pianiste, Dante Smurra qui était particulièrement réputé au point qu'en 1938, il avait été sollicité pour remplacer Biagi dans l'orchestre de D'Arienzo.
Dante a refusé l'offre, pour rester fidèle à Malerba. Avec ce dernier, il a composé Cuando florezcan las rosas, Embrujamiento (leur plus grand succès, repris également par D'Arienzo), La piba de los jazmines, un des hits de Malerba et bien sûr Violín, notre tango du jour.

Extrait musical

Violín 1944-03-16 – Orquesta Ricardo Malerba con Medina

Les paroles

Hoy mi violín está soñando
con un amor en el atril,
sus cuerdas vibran tiritando
porque vive recordando
que hoy está lejos de mí.

Es mi violín el alma mía
y su canción es mi sentir,
mi que la quería,
que la quiere y no la olvida,
va llorando en mi violín.

Violín, violín…
La quiero mucho más,
la quiero más que ayer
mi amor no tiene fin.
Violín, violín…
quisiera que mi voz,
en alas de tu voz,
llegara hasta mi amor.
Violín, violín…
me quiso igual que yo
y ha de volver a mí,
la esperaré
y tú también,
violín.

Ricardo Malerba ; Dante Smurra Letra Horacio Sanguinetti

Les paroles ne laissent pas de doute sur le fait qu'elles ne s'adressent pas à Carlos, le frère violoniste mort en 1931, mais il se peut que Malerba ait écrit la musique en pensant à son frère. Les hommages de musicien à musicien sont très fréquents dans , bien que généralement plus explicites.

libre

Aujourd'hui mon violon rêve avec un amour sur le pupitre, ses cordes vibrent en frissonnant parce qu'il vit en se souvenant qu'aujourd'hui elle est loin de moi.
Mon violon est mon âme et son chant est mon sentiment, mon cœur qui l'a aimée, qui l'aime et ne l'oublie pas, il pleure dans mon violon.
Violon, violon… Je l'aime tellement plus, je l'aime plus qu'hier mon amour n'a pas de fin.
Violon, violon… Je voudrais que ma voix, sur les ailes de ta voix, atteigne mon amour.
Violon, violon… Elle m'aimait comme moi, et elle reviendra vers moi, je l'attendrai, et toi aussi, violon.

En lunfardo, un violon (un violín) est une femme. Je suis donc parti de cette idée. Les papillons, ce sont ceux du creux du ventre quand on est amoureux.