Archives par étiquette : Randona (Armando Julio Piovani)

Te gané de mano 1938-07-06 — Orquesta Edgardo Donato con Horacio Lagos y Randona

Edgardo Donato Letra: Juan Bautista Abad Reyes

Je t'ai gagné, je t'ai battu haut la main ou « Te gané de mano » comme il est dit dans ce tango exprime la joie de quelqu'un qui a gagné. C'est une expression utilisée par les joueurs de cartes. Mais est-ce si sûr qu'il a vraiment gagné cet homme triomphant ? J'ai retranscrit, avec un peu de difficulté, les paroles chantées par et accessoirement, Randona. Je vous laisse découvrir le dernier mot de cette .

Extrait musical

Te gané de mano 1938-07-06 — Orquesta Edgardo Donato con Horacio Lagos y Randona (Armando Julio Piovani).

La musique démarre, assurée, comme quelqu'un qui marche en confiance. Par moment, la musique est presque sautillante, assurément on parle d'un vainqueur.
C'est alors que la voix d'Horacio Lagos lance avec force des paroles qui ne respirent pas tellement la joie. Que se passe-t-il ?
C'est alors que Randona (Armando Julio Piovani), fait son entrée et en duo avec Horacio Lagos nous raconte la fin de l'histoire. Je vous laisse découvrir les paroles, telles qu'elles sont chantées dans cette version. N'ayant pas trouvé de version originale, et ce titre n'ayant pas été enregistré par d'autres orchestres, il s'agit de la retranscription de ce que chantent Lagos et Randona. Il y a peut-être et même sûrement d'autres couplets, mais ils restent à découvrir. Ceux qui restent nos en disent toutefois suffisamment, les voici.

Paroles (retranscription aussi peu maladroite que possible)

Te gané de mano
Perdóname nena
Si él te dijo planto
Primero fui yo.
Despertaste al indio
Que estaba dormido
Y el indio está claro, se te reveló
Como yo era bueno
Me cristó un disenso
Y ese fue el comienzo de mi perdición
Si al final ya asumo con tanta discuta
Vos lo haces segura
Y yo el pobre sifón.

Sé qué haces ahora la Magdalena
Que anda cimentando que te engañado
No digas eso, no vale la pena
Qué me desarma de rui y malvado
Sé que mi cariño
No te interesa porque me le ha dicho
Más de una vez
No haga la otaria
Qué se te manya ese amor proprio que padeces.

Edgardo Donato Letra: Juan Bautista Abad Reyes

Traduction libre et indications

J'ai gagné haut la main, pardonne-moi, petite.
Si lui te laissa en plan, je fus le premier.
Tu as réveillé l'indien qui était endormi et l'indien, c'est clair, tu l'as révélé (El indio, le sentiment intérieur, différent chez lui et chez elle).
Comme moi, j'étais bon, cette faille me brisa et ce fut le commencement de ma perte.
Si finalement j'assume avec tant de discussions, tu le fais assurément et moi, suis le pauvre mec (sifón = grand nez, mais je ne suis pas sûr d'entendre bien sifón).

Je sais que tu fais maintenant la Madeleine (la pleureuse)
Qui va, cimentant le fait que je t'ai trompée. (Lagos chante « cimentando », mais on pourrait dire aussi « sementando », semant)
Ne dis pas ça, ça n'en vaut pas la peine
Ce qui me désarme de colère et de mauvaiseté
C'est que je sais que mon amour ne t'intéresse pas, parce que tu me l'as dit plus d'une fois.
Ne fais pas l'andouille.
Que tu te manges cet amour propre dont tu souffres.

On se demande à la fin, s'il a vraiment gagné ou s'il joue à l'indifférent ou au vainqueur factice pour surmonter sa peine.

Juan Bautista Abad Reyes (1892-1965)

On doit à Juan Bautista Abad Reyes les paroles de quelques tangos, dont celui du jour.
Son parcours est intéressant et j'ai donc décidé de vous en dire deux mots.
Il est né et mort en Argentine, mais est devenu citoyen et même député uruguayen entre les deux.
En 1919, il a gagné un concours d'œuvres théâtrales organisé par le journal La Noche (La Nuit) de Montevidéo et il travailla 20 ans comme rédacteur en chef du journal El Día (Le Jour), également de Montevideo…
Il a écrit les paroles de tangos, chansons, rancheras, pasodobles et autres et composé quelques titres. En voici un court extrait.

C = Compositeur / A = Auteur (parolier) / Compo. = Date probable de composition / Première interprétation, en italique. Date de la création publique, mais a priori, sans enregistrement / Premier enregistrement, plus ancien enregistrement existant (pour le moment).
CACompo.TitrePremières interprétations et enregistrements
 X1926Como luces de Bengala1926-04-07
X 1926Musiquita1926 Rosita Quiroga/1926-09-14 Típica Víctor
 X1928Caña amarga1928-05-26
 X1928Te fuiste ja… ja…1928 Alberto Vila
 X1928Arco iris1928-09-03
 X1929Alma cuyana1929-05-29 Alberto Gómez; Augusto « Tito » Vila
 X1929Falló la paica1929 Alberto Gómez
 X1930Caminito del olvido1930-01-21
 X1930El idolo roto1930 Azucena Maizani
 X1930cEnvidias 
 X1930Goya (pasodoble)1930 Libertad Lamarque
XX1930Mentiras (tonada salteña)1930-11 Libertad Lamarque/1931-01-10 Edgardo Donato con Luis Díaz
 X1930No seas malo1930 Azucena Maizani
 X1930cNoviecita de otros tiempos 
 X1930Remigio (ranchera)1930 Orquesta Tipica Ricardo L. Brignolo
 X1930Ya sé tú historia, pebeta1930 Azucena Maizani
XX1931Sinverguenza alabancioso1931-09-07 Orquesta Adolfo Carabelli con Mercedes Simone
 X1934Confidencia1934-04-11 Orquesta Típica Victor C
 X1950Paisaje1950-12-14 Roberto Carlés /1951-08-09 con Armando Garrido
 X1951Ternura Muchacho1951 Barbero Y Su Orquesta De La Argentinidad
 X¿ ?Mirame bien a los ojos 

En dehors de cela, il est surtout connu pour ses créations radiophoniques, il travaillera en effet dans diverses radios où il proposera des chroniques ou des œuvres théâtro-radiophoniques.

Philosophie de Juan Bautista Abad Reyes

Sa philosophie pour les paroles de ses tangos est la suivante :

“Yo no vitupero el malevaje en el tango, ni el léxico arrabalero. Al contrario, lo estimo como expresión de color local y lo encuentro lleno de atractivos dramáticos en manos de los verdaderos poetas. Lo peligroso es pensar en arrabalero, concebir las obras en ”.

Revista Femenil, 1930
Revista Femenil, 1930.

Traduction de la philosophie de Juan Bautista Abad Reyes

Je ne vilipende pas la «malveillance» dans le tango, ni le lexique des faubourgs. Au contraire, je les estime comme une expression de la couleur locale et je les trouve pleins d'attraits dramatiques entre les mains de vrais poètes. Le risque est de penser en faubourien et de concevoir les œuvres en lunfardo.

Sur ces bonnes paroles, je vous dis, à demain les amis !

Sacale punta 1938-03-09 (Milonga tangueada) – Orquesta Edgardo Donato con Horacio Lagos y Randona (Armando Julio Piovani)

Osvaldo Donato Letra Sandalio Gómez

Cette du jour a été enregistrée le 9 mars 1939, il y a 85 ans. Elle a été enregistrée par Donato et est toujours un dans les milongas. Cependant, son titre prête à interprétations et je choisis ce prétexte pour vous faire entrer dans le monde du tango du début du 20e siècle.

Edgardo Donato interprète ici une milonga écrite par son frère, pianiste, Osvaldo. Deux chanteurs interviennent, et . Ils ne chantent que deux couplets, comme il est d'usage pour le tango de danse.

Le disque

Sacale punta est la face B et la valse Que sera ?, la face A du disque Victor 38397.

Sur l'étiquette on trouve plusieurs mentions. Le nom de l'orchestre, Edgardo Donato y sus Muchachos et le nom d'un des chanteurs de l'estribillo, Horacio Lagos. Randona n'est pas mentionné.
On trouve le nom des auteurs et compositeurs. L'auteur des paroles est en premier. Pour la valse, il n'y a qu'un nom, car Pepe Guízar est l'auteur de la musique et des paroles. Vous pourrez écouter cette valse en fin d'article.
Sur le disque, on peut remarquer sur l'étiquette l'encadré suivant…

Exécution publique et radio-transmission réservées à Argentina INC. Ce disque n'est donc pas autorisé pour être joué en milonga 😉

Extrait musical

Sacale punta 1938-03-09 — Orquesta Edgardo Donato con Horacio Lagos y Randona (Armando Julio Piovani)

Les paroles

Sacale punta a esta milonga
Que ya empezó.
Sentí que esos fueyes que rezongan
De .
Y las pebetas se han venido
De « true Vuitton ». (De truco y flor)
El tango requiebra la vida (El tango es rey que da la vida)
Y en su nota desparrama,
Su amor.

Tango lindo de arrabal
Que yo,
No lo he visto desmayar
¡ Triunfó!.
Tango lindo que al cantar
Volcó,
Su fe, su amor
Varón tenés que ser.

Nada hay que hacer cuando rezongan
El bandoneón
Oreja a oreja las parejas
Bailan al son,
De un tango lleno de recuerdos
Que no cayó.
Si desde los tiempos de Laura
Se ha sentido primera agua
y brilló.

Osvaldo Donato Letra Sandalio Gómez. Seuls les deux premiers couplets sont chantés dans cette version.

Pourquoi un crayon à la milonga ?

Les paroles de cette chanson parlent donc de la milonga, du point de vue de l'homme qui se prépare à danser joue contre joue (oreille contre oreille) avec des jeunes femmes.
« Saca punta » se dit pour tailler les crayons, faire sortir, la pointe, la mine. Cela se dit couramment dans les écoles.

Sacale punta. J'ai représenté le crayon bien taillé sur cette image, mais ce n'est qu'une petite partie de l'énigme.

Ici, Sandalio a écrit « Sacale punta a esta milonga », sors-lui la pointe à cette milonga…
Pour ceux qui pourraient s'interroger, sur l'intérêt d'apporter un crayon à la milonga. Une petite investigation qui je l'espère ne sera pas trop décevante :

Les autres textes de Sandalio Gómez

Si on cherche une piste dans les autres textes écrits par Sandalio Gómez on trouve :
Deux tangos : « Cumbrera » et « El mundo está loco ». Le premier est un hommage à Carlos Gardel et le second s'inscrit dans la tradition de « Cambalache » ou de « Al mundo le falta un tornillo », ces tangos qui parlent de la dégénérescence du Monde.
Deux milongas : « De punta a punta » et « Mis piernas » qui est une milonga qui incite à se reposer, car les paroles commencent ainsi : « Sentate, cuerpo sentate, que las piernas no te dan más » assois-toi corps, car les jambes n'en peuvent plus.
Un paso doble : « Embrujo » parle d'un « envoutement » amoureux.
Du grand classique et si ce n'était ce « Sacale punta », les paroles ne prêteraient pas à interprétation. On n'est pas en présence de textes de Villoldo qu'il a souvent fallu remanier pour respecter les bonnes mœurs.

D'autres musiques utilisant « Sacale punta »

Il y a d'autres musiques qui utilisent l'expression « Sacale punta ». Par exemple, la milonga écrite par José Basso : « Sacale punta al lápiz » 1955-09-16 écrite par José Basso, mais qui n'a pas de paroles.

Sacale punta al lápiz 1955-09-16 – José Basso (Musique José Basso)

Si on reste en Argentine, on trouve plus récemment l'expression dans des textes de cumbias. Les cumbias ont souvent des textes scabreux, c'est le cas de celle qui s'appelle comme la milonga de Basso et qui est interprétée par Neni y su banda. Mon blog se voulant de haute tenue, je ne vous donnerai pas les paroles, mais sachez que le possesseur du lápiz (crayon) se vante de pouvoir en faire quelque chose au lit.
Le groupe cubain Vieja Trova Santiaguera chante également « Sacale punta al lápiz ». Ce son est avec des paroles relativement explicites, la muñequa (poupée) faisant référence au même crayon que la cumbia susmentionnée.

Sácale la punta al lápiz – Vieja Trova Santiaguera

Le chanteur portoricain de Salsa, Adalberto Santiago, chante dans une salsa du même titre, « Sacale punta ». Il s'agit dans ce cas de faire les comptes avec sa compagne qui l'a trompée. Comme la liste des reproches est longue, elle doit préparer la mine de son crayon pour pouvoir tout noter. On est donc ici, dans la lignée scolaire, du crayon dont on doit affuter la mine.

Sácale punta 1982-12-31 – Adalberto Santiago

Dans l'esprit du crayon pour écrire, on pourrait penser au carnet de bal pour inscrire les partenaires avec qui nous allons danser. Je n'y crois pas dans ce cas. Tout au plus le carnet et le crayon seront pour noter les coordonnées de la belle…

Et donc, pourquoi « Sacale punta » ?

Comme vous l'imaginez, les pistes précédentes ne me satisfont pas. Je vais vous donner ma version, ou plutôt mes versions, mais qui se rejoignent. Pour cela, interrogeons le lunfardo, l'argot portègne.
En lunfardo se dit : « de punta en blanco » qui signifie élégant. Il est donc logique de penser que le narrateur souhaite sortir ses meilleurs vêtements pour aller à la milonga.
Toujours en lunfardo, « hacer punta » est aller de l'avant. On peut donc imaginer qu'il faut aller de l'avant pour aller à la milonga.
Continuons avec le lunfardo : La punta est aussi un couteau, une arme blanche. Quand on connaît la réputation des compadritos, on se dit qu'ils peuvent être prêts à sortir le couteau à la moindre occasion à la milonga.
Pour résumer, il se prépare avec ses beaux habits, éventuellement avec un couteau dans la poche pour les coups durs. Il est donc prêt pour aller à la milonga qui a déjà commencé, pour danser joue contre joue et discuter ce qui se doit avec ceux qui se mettent en travers de sa route. On ne peut pas tout à fait exclure un double sens à la Villoldo, surtout si on se réfère au fait que cette milonga se réfère au début du XXe siècle, époque où les paroles étaient beaucoup plus « libres ».

Lo de Laura

En effet, le dernier couplet, qui n'est pas chanté ici, parle du temps de Laura. Il s'agit de la casa de Laura (). Elle était située en Paraguay 2512. Cette milonga était de bonne fréquentation au début du vingtième siècle.

Lo de Laura (Laurentina Monserrat). Cette « maison » était située en Paraguay 2512. C'est maintenant une maison de retraite…

Les danseurs pouvaient danser avec les « femmes » de la maison moyennant le paiement de quelques pesos. Je ne connais pas le prix pour cette maison, mais dans une maison comparable, Lo de Maria (La Vasca), le prix était de 3 pesos de l'heure. Le mari de la propriétaire, « El Ingles » (Carlos Kern) veillait à ce que les protégées soient respectées. On est toujours à l'époque du tango de prostibulo, mais avec classe.
Il indique que dès l'époque de Laura, il était de Primer agua c'est-à-dire qu'il était déjà très bon. Un peu comme dans la milonga « En lo de Laura » (musique d'Antonio Polito et paroles d'Enrique Cadícamo). En effet, dans cette milonga, Cadícamo a écrit : « Milonga provocadora que me dio cartel de taura… », Milonga provocante qui me donna le titre de champion (en fait, plutôt dans le sens de cador, caïd, , courageux, qui se montre…).

En lo de Laura 1943-03-12 – Orquesta Ángel D'Agostino con Ángel Vargas – Antonio Polito Letra Enrique Cadícamo (Domingo Enrique Cadícamo)

Pour vous donner une idée de l'ambiance de Lo de Laura, vous pouvez regarder cet extrait du film argentin « La Parda Flora » de León Klimovsky et qui est sorti le 11 juillet 1952. C'est bien sûr une reconstitution, avec les limites que ce genre impose.

Reconstitution de l'ambiance en Lo de Laura. Extrait du film argentin « La Parda Flora » de León Klimovsky sorti le 11 juillet 1952

Dans cette partie du film se joue « El Entrerriano » d'Anselmo Rosendo Mendizábal. En effet, une tradition veut que Mendizábal ait écrit ce tango en Lo de Laura. Il était en effet pianiste dans cet établissement et c'est donc fort possible. Il intervenait aussi à Lo de Maria la Vasca et certains affirment que cet dans ce dernier établissement qu'il a inauguré le tango.
Notons que les deux affirmations ne sont pas contradictoires, mais je préfère lever le doute en prenant le témoignage de José Guidobono, témoin et acteur de la chose.
Il décrit cela dans une lettre envoyée en 1934 à Héctor et Luis Bates et qui la publièrent en 1936 dans « Las historias del tango: sus autores » :

“Existía una casa de baile que era conocida por « María la Vasca ». Allí se bailaba todas y toda la noche, a tres pesos hora por persona. Encontraba en esos bailes a estudiantes, cuidadores y jockeys y en general, gente bien. El pianista oficial era Rosendo y allí fue donde por primera vez se tocó « El entrerriano ». […] así se bailó hasta las 6 a.m. Al retirarnos lo saludé a Rosendo, de quien era amigo, y lo felicité por su tango inédito y sin nombre, y me dijo: « se lo voy a dedicar a usted, póngale nombre ». Le agradecí pero no acepté, y debo decir la verdad, no lo acepté porque eso me iba a costar por lo menos cien pesos, al tener que retribuir la atención. Pero le sugerí la idea que se lo dedicase a Segovia, un muchacho que paseaba con nosotros, amigo también de Rosendo y admirador; así fue; Segovia aceptó el ofrecimiento de Rosendo. Y se le puso « El entrerriano » porque Segovia era oriundo de Entre Ríos.”.

José Guidobono

Traduction :

Il y avait une maison de danse connue sous le nom de « María la Vasca ». On y dansait toute la nuit pour trois pesos de l'heure et par personne. À ces bals, j'ai croisé des étudiants, des médecins et des jockeys [c'était une soirée spéciale du Z Club, club auquel Rosendo Mendizábal a d'ailleurs dédié un tango (Z Club)] et en général, de bonnes personnes.
Le pianiste officiel était Rosendo et c'est là que « El entrerriano » a été joué pour la première fois. […] c'est ainsi qu'on a dansé jusqu'à 6 heures du matin.
En partant, j'ai salué Rosendo, dont j'étais ami, et je l'ai félicité pour son tango inédit et sans nom, et il m'a dit : « Je vais te le dédicacer, donne-lui un nom ». Je l'ai remercié, mais je n'ai pas accepté, et je dois dire la vérité, je ne l'ai pas accepté parce que cela allait me coûter au moins cent pesos, pour le remercier de l'attention. Mais j'ai suggéré l'idée qu'il le dédicace à Segovia, un garçon qui marchait avec nous, également ami et admirateur de Rosendo ; C'est comme ça que ça s'est passé ; Segovia a accepté l'offre de Rosendo. Et il l'a intitulé « El Entrerriano » parce que Segovia était originaire d'Entre Ríos. […] Rosendo a ainsi gagné cent mangos (pesos en lunfardo). »

La face A du disque Victor 38397

Sur la face A du même disque Victor a gravé une valse. Elle a été enregistrée le même jour par Donato et Lagos, comme c'est souvent le cas.
Cette valse est sublime, je vous la propose donc ici :

Qué será ? 1938-03-09 — Orquesta Edgardo Donato con Horacio Lagos — Pepe Guízar (MyL)

Ne pas confondre cette valse avec une au titre qui ne diffère que par deux lettres…

Quién será ? 1941-10-13 — Orquesta Edgardo Donato con Horacio Lagos — (MyL)

Un clin d'œil pour les DJ

Felix Picherna, un célèbre DJ de l'époque des cassettes Philips, utilisait un crayon pour rembobiner ses cassettes. Il devait donc sacar la punta antes de la milonga.
J'en parle dans mon article sur les tandas.
Maintenant, vous êtes prêts à danser à Lo de Laura ou dans votre milonga favorite.

Felix Pincherna utilisant un crayon pour rembobiner sa cassette de cortina. http://www.molo7photoagency.com/blog/felix-picherna-el-muzicalizador-de-buenos-aires/04-9/