Archives par étiquette : Ricardo Malerba

Remembranza 1956-07-04 — Orquesta Osvaldo Pugliese con Jorge Maciel

Mario Melfi Letra: Mario Battistella

Si on ne doit se souvenir que d'une composition de Mario Melfi, c'est sans conteste de . Mais si on doit se souvenir de deux, alors, Remembranza, notre tango du jour est assurément dans la liste. Ce qui en revanche est curieux est que l'on associe très peu ces deux titres, très semblables. Mais peut-être qu'il y a une ou plusieurs solutions…

mixtes

Hier, dans un groupe de DJ, une question très étrange a été posée. Combien de tandas mixtes peuvent être passées dans une  ?
J'avoue que j'ai relu deux fois la question pour voir de quoi il s'agissait. Il arrive en effet, que l'on mélange dans la même tanda, des orchestres différents. C'est assez fréquent pour les milongas et les valses et je le fais parfois, par exemple pour associer des enregistrements de Carabelli avec son propre orchestre et de la Típica Victor, dirigée par lui. Je le fais également quand il y a un titre orphelin, qui n'a pas de tango compatible par le même orchestre et qu'un autre orchestre à quelque chose qui peut bien se combiner avec. L'étrangeté de la question vient de « combien de tandas mixtes »…
Je n'ai pas répondu au groupe, mais ma réponse aurait pu être, le DJ fait ce qu'il veut dans la mesure où les danseurs sont contents. Faire de bonnes tandas mixtes est difficile, faire 100 % de tandas mixtes serait un défi très difficile à relever…
Poema est associé à l'enregistrement de Canaro et Maida de 1935. Remembranza a plusieurs points d'accroche. Notre enregistrement du jour avec Pugliese et Maciel est sans doute le plus connu. 21 ans séparent ces deux enregistrements, un écart encore plus grand existe entre les styles des orchestres, ce qui rend bien évidemment ces deux enregistrements totalement incompatibles dans une même tanda.
Cependant, la structure des morceaux est tout à fait compatible, on trouve même des extraits de phrases musicales comparables entre les deux œuvres. Remembranza aurait été enregistré par Canaro et Maida, ou Poema par Pugliese et Maciel et on aurait deux piliers solides pour une tanda.
Ce rêve existe cependant. Je vous le présenterai en fin d'article…

Extrait musical

Remembranza 1956-07-04 – Orquesta Osvaldo Pugliese con Jorge Maciel
Partition argentine de Remembranza.

Paroles

Cómo son largas las semanas
cuando no estás cerca de mí
no sé qué fuerzas sobrehumanas
me dan valor lejos de ti.
Muerta la luz de mi esperanza
soy como un náufrago en el mar,
sé que me pierdo en lontananza
mas no me puedo resignar.
¡Ah
¡qué triste es recordar
de tanto amar,
esa dicha que pasó…
Flor de una ilusión
nuestra pasión se marchitó.
¡Ah
¡olvida mi desdén,
retorna dulce bien,
a nuestro amor,
y volverá a florecer
nuestro querer
como aquella flor.
En nuestro cuarto tibio y rosa
todo quedó como otra vez
y en cada adorno, en cada cosa
te sigo viendo como ayer.
Tu foto sobre la mesita
que es credencial de mi dolor,
y aquella hortensia ya marchita
que fue el cantar de nuestro amor.

Mario Melfi Letra : Mario Battistella

Autres versions

Les versions françaises

Je pense vous surprendre en vous indiquant que les deux premiers enregistrements de ce titre ont été chantés en français. En effet, Melfi et Battistella étaient à Paris à l'époque. Mario Melfi a même fait l'essentiel de sa carrière en France où il est mort en 1970. Le titre en français est Ressouvenance, un terme aujourd'hui tombé en désuétude…
C'est donc Mario Melfi qui ouvre le bal des versions avec un enregistrement de 1934, chanté, donc en français, par Marcel Véran et appelé donc Ressouvenance et pas Remembranza.

Ressouvenance 1934 — Mario Melfi Chant Marcel Véran (en français). Paroles de Robert Chamfleury et .

C'est le plus ancien enregistrement, de plus, réalisé par l'auteur de la musique, Mario Melfi. En ce qui concerne les paroles en français, on se rend compte qu'elles sont proches de celles de Battistella. On peut donc penser que Battistella est bien l'auteur original, puisqu'il était à Paris et que Robert Chamfleury et Henry Lemarchand ont adapté (avec plus de talent que moi) les paroles en français. Vous pourrez en trouver la transcription après le chapitre autres versions.

Ressouvenance 1934 — Auguste Jean Pesenti et son Orchestre Tango Chant Guy Berry (en français).

Merci à mon collègue Michael Sattler qui m'a fourni une meilleure version de ce titre. Si c'est le second enregistrement, il semblerait que Guy Berry fut le premier à chanter le titre.

Couverture de la partition de 1934. On voit que Berry a créé le tango et les paroliers sont uniquement les deux français. On notera également que Melfi est crédité de son de Poema.
Ressouvenance 1934-12-13 — Orlando et son orchestre Chant Jean Clément (en français).
Remembranza 1944 — Ramón Mendizabal. Remembranza a été gravé sur la face B du disque, la face A étant réservée à Obsession.

Avec cet enregistrement, j'arrête la liste des versions « françaises » (même si la dernière n'est pas chantée). Et je vous propose maintenant les versions « Argentines ».

Les versions argentines

Remembranza 1937-05-11 — Héctor Palacios con guitarras.

Après les versions françaises avec orchestres, les guitares de Héctor Palacios ne font pas tout à fait le poids. Cependant, ce titre est compatible avec ce type de version intime et si le résultat n'a rien à faire en milonga, il est plutôt agréable à écouter.

Remembranza 1943-02-12 — Orquesta con Orlando Medina.

Une jolie version, dans le style de Malerba et Medina qui a sa sonorité particulière.

Remembranza 1947-05-09 — Orquesta Ricardo Tanturi con Osvaldo Ribó.

Si les versions précédentes avec orchestre, y compris les versions françaises étaient harmonieuses, je trouve que celle-ci souffre d'un manque de cohérence entre la voix de Ribó et l'orchestre de Ricardo Tanturi. Le talent des deux n'est pas en cause, Osvaldo Ribó avec un orchestre plus présent aurait donné une très belle version et inversement.

Remembranza 1948-09-08 — Orquesta Alfredo Gobbi con Jorge Maciel.

La voix travaillée de Maciel n'a peut-être pas trouvé l'orchestre idéal pour sa mise en valeur. On sent Gobbi un peu réservé, là encore, le résultat ne me convînt pas totalement.

Remembranza 1952-05-23 — y su orquesta típica con .

Encore une version qui ne va pas provoquer des ondes d'enthousiasme. De plus, elle n'est pas destinée à la danse, mais c'est intéressant de temps à autre de présenter un de ces deux-cent d'orchestres qui ont œuvré à l'âge d'or et qui n'ont pas eu droit à la reconnaissance de la postérité.

Remembranza 1954-12-28 — Orquesta Alfredo De Angelis con Carlos Dante.

On arrive dans des versions un peu plus travaillées. On remarquera l'introduction très particulière de cette version de De Angelis.

Mais attendez la suite, les choses sérieuses commencent.

Remembranza 1956-07-04 — Orquesta Osvaldo Pugliese con Jorge Maciel. C'est notre tango du jour.

Les essais de voix plus travaillées entendus précédemment trouvent un meilleur terrain avec l'orchestre de Pugliese. Le mariage de la voix de Jorge Maciel avec l'orchestre est bien plus abouti dans cette version que dans celle de Gobbi, 8 ans plus tôt.

Remembranza 1963 — Orquesta Juan Canaro con Susy Leiva.

J'aurais présenté les choses à l'envers, Susy Leiva accompagnée par l'orchestre de Juan Canaro. C'est une version à écouter, la voix de Susy Leiva est expressive et a de l'émotion. Mais bon, revenons à nos piliers.

Remembranzas 1964-09-25 — Orquesta Juan D'Arienzo con Jorge Valdez.

Avec Jorge Valdez, D'Arienzo a un peu mis de côté le tango de danse pour suivre la mode de l'époque qui était plus radiophonique ou télévisuelle que dansante.
D'Arienzo interprète le titre dans ses concerts, comme ici à Montevideo en 1968.

Remembranzas 1968 — Orquesta Juan D'Arienzo con Osvaldo Ramos. Cet enregistrement a été réalisé à Montevideo (Uruguay).

On revient avec Jorge Valdez qui gagne la palme du chanteur qui a le plus enregistré Remembranza, encore une émission de télévision.

Jorge Valdez en Grandes Valores (une émission des années 70).

Paroles de la version chantée en français par Guy Berry, Marcel Véran, Jean Clément et autres chanteurs français

Combien est longue une journée
Quand tu n'es pas auprès de moi.
Comment ai-je pu deux années
Vivre sans entendre ta voix ?
Je n'ai pour consoler ma peine
Que les doux rêves du passé,
Car ni les jours ni les semaines
N'ont jamais pu les effacer…
Ah !… Qu'il est troublant, chéri(e),
D'évoquer, comme on prie,
Ce bonheur, hélas trop court.
Rien n'a pu ternir
Le souvenir de ces beaux jours.
Ah !… Pardonne à ma folie.
Reviens je t'en supplie
À notre amour.
Rien ne pourra me griser
Que tes baisers,
Comme aux anciens jours.
Dans notre chambre tiède et rose,
Tout est resté comme autrefois.
Et chaque objet et chaque chose
Ne me semble attendre que toi.
Ton portrait sur la cheminée
Semble sourire à mon espoir.
Dans un livre, une fleur fanée
Rappelle nos serments d'un soir…

Mario Melfi Letra : Mario Battistella (adapté en français par Robert Chamfleury et Henry Lemarchand)

Remembranza et Poema unis dans une tanda idéale

Nous avons vu en début d'article qu'il n'y avait pas d'enregistrement compatible de ces deux titres à l'âge d'or du tango. C'est une grande frustration pour les DJ et sans doute les danseurs.
En fait, ce n'est pas tout à fait vrai, car les Pesenti ont enregistré Poema et Ressouvenance, mais ce ne sont sans doute pas des versions suffisantes pour les danseurs avancés. Je vous laisse en juger.

Poema 1933 – Orquesta Típica Auguste Jean Pesenti du Coliséum de Paris con .
Ressouvenance 1934 — Auguste Jean Pesenti et son Orchestre Tango Chant Guy Berry (en français).
Poema 1937 – René Pesenti et son Orchestre de Tango con Alberto.

Je rajoute cette version de Poema par le frère de Auguste Jean, René Pesenti. Elle est compatible et présente l'avantage d'être chantée par un homme (Alberto), ce qui peut être préféré par certains qui n'aiment pas trop les mélanges dans une tanda.

Si vous avez estimé que ces versions n'étaient pas à la hauteur, il nous faut chercher ailleurs. Je pense que l'orchestre qui va nous donner ce plaisir est la Romantica Milonguera. Il a enregistré les deux titres dans des versions compatibles et de belle qualité, presque équivalentes à la version de Canaro et Maida.
Je vous présente ces deux enregistrements en vidéo. Une belle façon de terminer cette anecdote du jour, non ?

Orquesta Romantica Milonguera — Poema
Orquesta Romantica Milonguera — Remembranza

Merci à la Romantica Milonguera et à demain, les amis !

Pasado florido 1945-04-04 — Orquesta Ricardo Malerba con Antonio Maida

Rosendo Luna (Enrique Domingo Cadícamo) paroles et musique

Aujourd'hui, un tango un peu rare, car il n'a été enregistré qu'une fois et par un orchestre peu passé en milonga, avec un chanteur encore plus rare. En revanche, les paroles et la musique sont par le fameux Rosendo Luna (Enrique Domingo Cadícamo). Elles parlent du Buenos Aires disparu et de quelques qu'il peut être intéressant de réviser…

Extrait musical

Pasado florido 1945-04-04 — Orquesta con

Les paroles

Buenos Aires, has cambiado como yo cambié de a poco.
Soy del tiempo de tus focos, los primeros que hubo a gas.
Yo bailé en Rodríguez Peña, con la orquesta de los Greco
y hasta aquí me llega el eco y me enciende su compás…

Yo me acuerdo del T.V.O., de la calle Montes de Oca,
de un café que había en La Boca, donde Arolas empezó.
Y de Andrade, buen amigo, que en un baile lo mataron…
¡Esas cosas ya pasaron pero tienen su emoción!

De aquel pasado florido
de mil novecientos once,
viene el recuerdo querido
en ancas de aquel entonces…
La noche cuando Manolo
me provocó con los Vieyra
y como yo estaba solo
no quise hacerme el Moreyra.
Si hubiese vivido Andrade no queda ni uno, esa vez.

Cuántas noches nos largamos con Cielito y con Ceballos
en los coches de caballos, por tus calles a pasear…
Y una vez, cuando entre copas, por hacer un chiste de antes
fui a sentarme en el pescante y me puse a manejar…
Buenos Aires de Fray Mocho y de
en tus plazas sin retretas, hoy me pongo a suspirar…
Y al mirar como has cambiado, mi Buenos Aires querido
por aquello que he vivido, siento ganas de llorar.

Rosendo Luna (Enrique Domingo Cadícamo) paroles et musique

Traduction libre et indications

Buenos Aires, tu as changé comme j'ai changé, peu à peu.
Je suis de l'époque des réverbères, les premiers qui étaient au gaz.
J'ai dansé à Rodríguez Peña,

avec l'orchestre Greco ( dit Garrote, Bandonéiste, chef d'orchestre et compositeur. 1888-1924).
Et c'est aussi loin que l'écho m'atteint et tourne sur son rythme…
Je me souviens du T.V.O., rue Montes de Oca, (Un tango de Adela del Valle [1897-19 ??] se nomme ainsi, sans doute en souvenir du même établissement. T.V.O. = Te veo [je te vois]. La rue Montes de Oca était dans le quartier à l'époque chic de Buenos Aires, Barracas. C'est encore quelque chose qui a changé, Barracas ayant une mauvaise réputation aujourd'hui).

T.V.O (Té Veo) — Adela del Valle

d'un café de La Boca, où Arolas a fait ses débuts.

(On a vu à propose de Lorenzo que le Tigre du bandonéon [Arolas] rodait du côté du Café Royal, plus connu sous son surnom de Café del Griego).

Et Andrade, un bon ami, qu'ils ont tué dans un bal… (Il n'est pas le seul… Peut-être un Brésilien).  
Ces choses-là c'est du passé, mais elles ont leurs émotions !
De ce passé fleuri de mil neuf cent onze, le cher souvenir vient sur le dos (du cheval) de l'époque…
La nuit où Manolo (les paroles écrites en 1983 par Pedro Colombo pour le tango « Manolo » semblent conter cette histoire) m'a provoqué avec les Vieyras
Et comme j'étais seul, je ne voulais pas jouer le Moreyra.
Si Andrade avait vécu, il n'en serait pas resté un seul, cette fois-là. (beaucoup de candidats possibles, je n'arrive pas à la départager).
Combien de nuits sommes-nous partis avec Cielito et Ceballos dans des voitures à chevaux, nous promener dans tes rues…
Et une fois, entre deux verres, pour faire une blague d'antan, je suis allé m'asseoir sur le siège et j'ai commencé à conduire…
Buenos Aires de Fray Mocho (José Ciriaco Alvarez [1858 –1903] écrivain et journaliste)

et Caras y Caretas (Revue fort intéressante et qui malgré quelques éclipses, continue d'être publiée aujourd'hui) vos places sans spectacles de rue, aujourd'hui je commence à soupirer…
Et en voyant à quel point tu as changé, mon Buenos Aires bien-aimé, à cause de ce que j'ai vécu, j'ai envie de pleurer.

Rosendo Luna (Enrique Domingo Cadícamo)

Cadicamo, (Rosenda Luna ou Yino Luzzi) a vécu tout le vingtième siècle. Du 15 juillet 1900 au 3 décembre 1999).
Il a composé et/ou écrit les paroles de plus de 800 titres, majoritairement des tangos, mais aussi d'autres rythmes
Quelques exemples parmi le plus connus :
A mí no me hablen de penas Tango (1940)
A otra cosa che pebeta Tango
A pan y agua Tango
A quién le puede importar Tango
Adiós [d] lunfardo
Adiós Arolas (Se llamaba ) Tango (1949)
Adiós Chantecler Tango
Al mundo le falta un tornillo Tango (1933)
Almita herida Tango
Anclao en París Tango (1931)
Angel Vargas el ruiseñor Tango
Apología tanguera Milonga (1933)
Aquellos tiempos Tango
Araca llegó Novarro Tango
Argañaraz (Aquellas farras) Tango (1930)
Ave de paso Tango (1937)
Bailongo Tango
Bandera baja-Ella se reía Milonga
Baquiano pa' elegir Tango (1930)
Baraja de amor Tango
Barajando recuerdos Tango
Berretín Tango (1928)
Bichitos de luz Tango
Boedo y San Juan Tango
Boleta Tango
Brindemos compañero Tango
Brumas Tango
Cabaret Tango
Café de Barracas (No) Tango
Café Nacional Poema lunfardo
Calandria (Dejá el bodegón) Tango
Callejera Tango (1929)
Cambiá de vida Tango (1938)
Canción del inmigrante Tango
Cancionera Tango
Carnavales de mi vida (Mosca muerta) Tango
Carpeta Tango
Charmaine Vals
Che Bartolo Tango (1928)
Che papusa oí Tango (1927)
Cherí Canción
Cien años Canción
Colombina (Teresita) Tango
Como un sueño Tango
Compadrón Tango (1927)
Copas, amigas y besos Tango (1944)
Cortando camino Vals (1941)
Cruz de palo Tango (1929)
Cuál de los dos Tango
Cuando miran tus ojos Vals
Cuando tallan los recuerdos Tango (1943)
Cumplido Tango
De todo te olvidas (Cabeza de novia) Tango (1929)
Descarte Milonga
Desvelo (De flor en flor) Tango (1938)
Dice un refrán Tango (1942)
Dolor milonguero Tango
Dos en uno Tango
El bar de Rosendo Tango
El beso aquel Tango
El cantor de Buenos Aires Tango (1936)
El cuarteador Tango (1941)
El llorón Tango
El Morocho y el Oriental (Gardel-Razzano) Milonga (1946)
El que atrasó el reloj Tango (1933)
El teléfono Tango (1963)
El trompito Tango
Ella se reía Poema lunfardo
En la buena y en la mala Tango (1940)
En lo de Laura Milonga
En un pueblito de España Vals
En una petite garçoniere de Montmarte Tango
Ensueños Tango
Estación Tango Tango
Estrella fugaz Vals
Fanfarrón Tango (1928)
Gallo Viejo Tango
Garúa Tango (1943)
Gigoló compadrito Tango
Gotán Tango
Guapo de la guardia vieja Tango
Guitarra que llora Tango
Hambre Tango (1932)
Hermano tordo Poema (1982)
Hojarasca Tango
Hoy es tarde Tango
Humo Tango
Igual que una sombra Tango (1946)
Improvisando Milonga
Intervalo Tango
Juana Rebenque Tango
La barranca Tango
La biaba de un beso Tango
La calle sin sueño Tango
La casita de mis viejos Tango (1932)
La divina dama Vals
La epopeya del tango Poema
La luz de un fósforo Tango (1943)
La novia ausente Tango (1933)
La reina del tango Tango (1928)
Lagrimitas de mi corazón Vals
Llora vida mía Tango
Llorar por una mujer Tango
Los compadritos Tango
Los mareados Tango (1942)
Luna de arrabal Vals (1934)
Madame Ivonne Tango (1933)
Mal de ausencia [b] Vals
Mano brava Milonga (1941)
Mañanitas de mi Tango (1953)
María [b] Polca
María Milonga Milonga
Mascarita [c] Vals (1946)
Melodía oriental Tango
Mi chiquita Tango (1963)
Mi traje de novia Tango
Mi vida [b] Vals (1934)
Mientras gime el bandoneón Tango
Mis Tango
Mocito rana Tango
Mojarrita Tango
Morenita mía Tango
Muñeca brava Tango (1929)
Muñeca cruel Tango
Naipe Tango (1944)
Niebla del Riachuelo Tango (1937)
No hay tierra como la mía Milonga
No me importa su amor Tango
No vendrá Tango (1945)
Noche de estrellas Vals
Noches blancas Vals
Norma Poema lunfardo
Nostalgias Tango (1936)
Notas de bandoneón Tango
Nunca tuvo novio Tango (1930)
Olvidao Tango (1932)
Orgullo tanguero Tango
Orquesta Típica Tango
Pa' mí es igual Tango (1932)
Pa' que bailen los muchachos Tango (1942)
Palais de Glace Tango (1944)
Pasado florido Tango
Pebeta graciosa Tango
Perdoname Vals
Piano alemán Fox charleston
Picaneao Tango (1953)
Pico de oro Tango
Piropos Tango
Pituca Tango (1930)
Pobre piba Tango (1941)
Pocas palabras Tango (1941)
Pompas de jabón Tango (1925)
Por la vuelta Tango (1937)
Por las calles de la vida Tango (1942)
Por un beso de amor (Per un bacio d'amor) Vals
Punto alto Tango
Que te vaya bien Tango
Qué torcido andás Julián Tango
Quién dijo miedo Tango (1932)
Quién te ve Tango
Ramona [Cadícamo] Vals
Rondando tu esquina Tango (1945)
Roñita Tango
Rubí Tango (1944)
Salomé Tango
Salú percantinas Tango
Santa milonguita Tango (1933)
Se fue la pobre viejita Tango
Se han sentado las carretas Tango
Sea breve Tango
Sentimiento malevo Tango (1929)
Shusheta Tango (1944) (El aristrocrato)
Si la llegaran a ver Tango
Sin hilo en el carretel Tango
Sol de medianoche Tango
Sollozo de bandoneón Tango
Solo de bandoneón Tango
Son cosas del bandoneón Tango
Suburbio Tango
Tango de ayer Tango
Tango de lengue Tango
Te podés acomodar (Zorro viejo) Tango
Tengo mil novias Vals
Tradición Tango
Tres amigos Tango (1944)
Tres esquinas Tango (1941)
Trovador mazorquero Vals
Tu llamado Tango
Un dilema Tango
Una Tango
Vamos zaino Tango
Vas muerto con el disfraz Tango (1930)
Vení vení Tango
Vieja recova Tango (1930)
Viejas alegrías Tango (1937)
Viejo grata Tango
Viejo patio Tango
Villa Urquiza Tango
Voy pa'viejo Tango
Y aquel cariño se fue Tango (1939)
Y qué más Tango (1937)
Yo nací para ti tu serás para mí Foxtrot
Yo tan sólo veinte años tenía Vals
Yo te perdono Tango (1927)
Zorro plateao Tango (1942)

Violín 1944-03-16 – Orquesta Ricardo Malerba con Orlando Medina

; Letra

Ricardo Malerba était bandonéoniste et ses frères étaient violoniste (Carlos) et pianiste (Alfredo). Carlos est mort au Portugal lors d'une en 1931 et il se peut que Violín, soit un hommage de Ricardo à son frère trop tôt disparu. Quoi qu'il en soit, ce titre mérite d'être du jour. Il a été enregistré il y a exactement 80 ans.

On connaît Malerba, comme chef d'orchestre et compositeur. Il était un bandonéoniste, semble-t-il, assez moyen si on en croit un témoignage rapporté par Tango al Bardo qui indique qu'il laissait le gros du travail à Miguel Caló lors de la tournée en Espagne des années 30.

Les violonistes de Malerba à cette époque sont Alfredo Lattero, Ernesto Gianni, Francisco Sanmartino et José López. Il m'est impossible de dire lequel effectue les magnifiques solos de violon que l'on peut entendre dans cette œuvre.
Son frère, Alfredo avait entretemps épousé . Cette dernière lui a permis de travailler à Radio Belgrano, à condition qu'il propose des tangos rythmés à la D'Arienzo…
Pour cela il avait un autre atout, son pianiste, Dante Smurra qui était particulièrement réputé au point qu'en 1938, il avait été sollicité pour remplacer Biagi dans l'orchestre de D'Arienzo.
Dante a refusé l'offre, pour rester fidèle à Malerba. Avec ce dernier, il a composé Cuando florezcan las rosas, Embrujamiento (leur plus grand , repris également par D'Arienzo), La piba de los jazmines, un des hits de Malerba et bien sûr Violín, notre tango du jour.

Extrait musical

Violín 1944-03-16 – Orquesta Ricardo Malerba con

Les paroles

Hoy mi violín está soñando
con un amor en el atril,
sus cuerdas vibran tiritando
porque vive recordando
que hoy está lejos de mí.

Es mi violín el alma mía
y su canción es mi sentir,
mi que la quería,
que la quiere y no la olvida,
va llorando en mi violín.

Violín, violín…
La quiero mucho más,
la quiero más que ayer
mi amor no tiene fin.
Violín, violín…
quisiera que mi voz,
en alas de tu voz,
llegara hasta mi amor.
Violín, violín…
me quiso igual que yo
y ha de volver a mí,
la esperaré
y tú también,
violín.

Ricardo Malerba ; Dante Smurra Letra Horacio Sanguinetti

Les paroles ne laissent pas de doute sur le fait qu'elles ne s'adressent pas à Carlos, le frère violoniste mort en 1931, mais il se peut que Malerba ait écrit la musique en pensant à son frère. Les hommages de musicien à musicien sont très fréquents dans le tango, bien que généralement plus explicites.

libre

Aujourd'hui mon violon rêve avec un amour sur le pupitre, ses cordes vibrent en frissonnant parce qu'il vit en se souvenant qu'aujourd'hui elle est loin de moi.
Mon violon est mon âme et son chant est mon sentiment, mon cœur qui l'a aimée, qui l'aime et ne l'oublie pas, il pleure dans mon violon.
Violon, violon… Je l'aime tellement plus, je l'aime plus qu'hier mon amour n'a pas de fin.
Violon, violon… Je voudrais que ma voix, sur les ailes de ta voix, atteigne mon amour.
Violon, violon… Elle m'aimait comme moi, et elle reviendra vers moi, je l'attendrai, et toi aussi, violon.

En lunfardo, un violon (un violín) est une femme. Je suis donc parti de cette idée. Les papillons, ce sont ceux du creux du ventre quand on est amoureux.