Archives par étiquette : Vicente Merico

Paciencia 1938-03-03 — Orquesta Francisco Canaro con Roberto Maida

Juan D'Arienzo Letra :

Qui s'intéresse un peu, même de loin, au tango connaît Paciencia, (Patience), de D'Arienzo et Gorrindo. Je vous propose de le découvrir plus précisément, à partir de la version de Canaro et Maida enregistrée il y a exactement 86 ans.

Le prétexte étant le jour d', cela tombe sur cette version Canaro Maida, mais l'auteur en est D'Arienzo qui restera fidèle à sa composition toute sa vie.
Je ferai donc la part belle à ses enregistrements en fin d'article.
La beauté et l'originalité des paroles de Francisco Gorrindo avec son « Paciencia », ont fait beaucoup pour le succès de ce thème qui a donné lieu à des versions chantées, des chansons et même instrumentales, ce qui est toutefois un peu dommage 😉

Extrait musical

Paciencia 1938-03-03 – Orquesta Francisco Canaro con

Il s'agit d'une version instrumentale avec estribillo réduit au minimum. Roberto Maida chante vraiment très peu. La clarinette de Vicente Merico est ici plus présente que lui. On constate dans cette interprétation le goût de Canaro pour les instruments à vent.

Les paroles

Dans cette version, les paroles sont réduites au minimum, je vous invite donc à les savourer avec les autres enregistrements de ce titre, sous le chapitre « autres versions ».

Anoche, de nuevo te vieron mis ojos ;
anoche, de nuevo te tuve a mi lado.
¡Pa qué te habré visto si, después de todo,
fuimos dos extraños mirando el pasado!
Ni vos sos la misma, ni yo soy el mismo…
¡Los años! … ¡La vida!… ¡Quién sabe lo qué!…
De una vez por todas mejor la franqueza:
yo y vos no podemos volver al ayer.

Paciencia…
La vida es así.
Quisimos juntarnos por puro egoísmo
y el mismo egoísmo nos muestra distintos.
¿Para qué fingir?
Paciencia…
La vida es así.
Ninguno es culpable, si es que hay una culpa.
Por eso, la mano que te di en silencio
no tembló al partir.

Haremos de cuenta que todo fue un sueño,
que fue una mentira habernos buscado;
así, buenamente, nos queda el consuelo
de seguir creyendo que no hemos cambiado.
Yo tengo un retrato de aquellos veinte años
cuando eras del barrio el sol familiar.
Quiero verte siempre linda como entonces:
lo que pasó anoche fue un sueño no más.

Juan D'Arienzo Letra : Francisco Gorrindo

Traduction

Hier soir, à nouveau mes yeux t'ont vue,
hier soir, à nouveau, je t'avais de nouveau à mes côtés.
Pourquoi t'ai-je revue, si au final,
nous fûmes deux étrangers regardant le passé !
Ni toi es la même, ni moi suis le même,
Les années, la vie, qui sait ce que c'est ?
Une fois pour toutes, la franchise vaut mieux ;
toi et moi ne pouvons pas revenir en arrière (à hier).

Patience…
la vie est ainsi.

Nous voulions nous rejoindre par pur égoïsme
et le même égoïsme nous révèle, différents.
Pourquoi faire semblant ?

Patience…
la vie est ainsi.
Personne n'est coupable, si tant est qu'il y ait une faute.
C'est pourquoi la main que je t'ai tendue en silence n'a pas tremblé à la séparation.

Nous ferons comme si tout ne fut qu'un rêve,
que c'était un mensonge de nous être cherché ;
ainsi, heureusement, nous reste la consolation
de continuer de croire que nous n'avons pas changé.
J'ai un portrait de ces vingt années-là,
quand du quartier, tu étais le soleil familier,
je veux toujours te voir jolie comme alors.
Ce qui s'est passé la nuit dernière ne fut qu'un rêve, rien de plus.

Maida ne chante que le refrain. Voir ci-dessous, d'autres versions où les paroles sont plus complètes.
Le même jour, Canaro enregistrait avec Maida, la del corazón.

Milonga del corazón 1938-03-03 – Orquesta Francisco Canaro con Roberto Maida. Une milonga qui est toujours un succès, 86 ans après son enregistrement.

Autres versions

Paciencia 1937-10-29 — Orquesta Juan D'Arienzo con Enrique Carbel. C'est le plus ancien enregistrement. On pourrait le prendre comme référence. Enrique Carbel chante le premier couplet et le refrain.
Paciencia 1938-01-14 — Héctor Palacios accompagné d'une guitare et d'une mandoline. Dans cet enregistrement, Héctor Palacios chante toutes les paroles. Enregistré en Uruguay.

Héctor Palacios est accompagné par une guitare et une mandoline. Le choix de la mandoline est particulièrement intéressant, car cet instrument bien adapté à la mélodie, contrairement à la guitare qui est plus à l'aide dans les accords est le second « chant » de ce thème, comme une réponse à Magaldi. On se souvient que Gardel mentionne la mandoline pour indiquer la fin des illusions « Enfundá la mandolina, ya no estás pa'serenatas » ; Range (remettre au fourreau, comme une arme) la mandoline, ce n'est plus le temps des sérénades. Musique de Francisco Pracánico et paroles d'Horacio J. M. Zubiría Mansill. J'imagine que Palacios a choisi cet instrument pour son aspect nostalgique et pour renforcer l'idée de l'illusion perdue de la reconstruction du couple.

Paciencia 1938-01-26 — Agustín Magaldi con orquesta.

Comme l'indique l'étiquette du disque, il s'agit également d'une chanson. L'introduction très courte (10 secondes) elle présente directement la partie chantée, sans le début habituel. Magaldi chante l'intégralité des paroles. Le rythme est très lent, Magaldi assume le fait que c'est une chanson absolument pas adaptée à la danse. On notera sa prononciation qui « mange le « d » dans certains mots comme la(d)o, pasa(d)o (Palacios et d'autres de l'époque, également).

Paciencia 1938-03-03 – Orquesta Francisco Canaro con Roberto Maida. C'est la version du jour. On est un peu en manque de paroles avec cette version, car Maida ne chante que le refrain, aucun des couplets.
Paciencia 1938 — Orquesta Rafael Canaro con .

Cette version est contemporaine de celle enregistrée par son frère. Elle a été enregistrée en France. Son style bien que proche de celui de son frère diffère par des sonorités différentes, l'absence de la clarinette et par le fait que Scalón chante en plus du refrain le premier couplet (comme l'enregistra Carbel avec D'Arienzo, l'année précédente.

Paciencia 1948 — Orquesta Típica Bachicha con Alberto Lerena.

Encore une version enregistrée en France. Lerena chante deux fois le refrain avec un très joli trait de violon entre les deux. Le dernier couplet est passé sous silence.

Paciencia 1951-09-14 — Orquesta Juan D'Arienzo con Alberto Echagüe.

14 ans plus tard, D'Arienzo réenregistre ce titre avec Echagüe. Dans cette version, Echagüe chante presque tout, sauf la première moitié du dernier couplet dont il n'utilise que « Yo tengo un retrato de aquellos veinte años […] lo que pasó anoche fue un sueño no más. Le rythme marqué de D'Arienzo est typique de cette période et c'est également une très belle version de danse, même si j'ai personnellement un faible pour la version de 1937.

Paciencia 1951-10-26 — Orquesta con Rodolfo Lesica. Dans un style tout différent de l'enregistrement légèrement antérieur de D'Arienzo, la version de Varela et Desica est plus « décorative ». On notera toutefois que Lesica chante exactement la même partie du texte qu'Echagüe.
Paciencia 1959-03-02 — accompagné par . Dans cet enregistrement, Rufino nous livre une chanson, jolie, mais pas destinée à la danse. Toutes les paroles sont chantées et le refrain, l'est, deux fois.
Paciencia 1961-08-10 — Orquesta Juan D'Arienzo con .

Comme dans la version enregistrée avec Echagüe, dix ans auparavant, les paroles sont presque complètes, il ne manque que la première partie du dernier couplet. Une version énergique, typique d'El Rey del compas et Palma se plie à cette cadence, ce qui en fait une version dansable, ce qui n'est pas toujours le cas avec ce chanteur qui pousse plutôt du côté de la chanson.

Paciencia 1964 — Luis Tuebols et son Orchestre typique argentin. Encore une version enregistrée en France, mais cette fois, instrumentale, ce qui est dommage, mais qui me permet de montrer une autre facette de ce titre.
Paciencia 1970-12-16 — Orquesta Juan D'Arienzo con Alberto Echagüe.

D'Arienzo et Echagüe ont beaucoup interprété à la fin des années 60 et jusqu'à la mort de D'Arienzo Paciencia dans leurs concerts. Cette version de studio est de meilleure qualité pour l'écoute, mais il est toujours sympathique de voir D'Arienzo se démener.

Vidéo enregistrée en Uruguay (Canal 4) en décembre 1969 (et pas février 1964 comme indiqué dans cette vidéo).

Après la mort de D'Arienzo, les solistas de D'Arienzo l'enregistrèrent à diverses reprises, ainsi que des dizaines d'autres orchestres, Paciencia étant un des monuments du tango.

J'ai ici une pensée pour mon ami , qui chantait Paciencia et qui nous a quittés trop tôt. Ici, à la milonga d'El Puchu à Obelisco Tango à Buenos Aires, milonga que j'ai eu l'honneur de musicaliser en doublette avec mon ami Quique Camargo.

Ruben Guerra, Paciencia, milonga d'El Puchu à Obelisco Tango à Buenos Aires.18 août 2017.