Archives par étiquette : Bahía Blanca

Un tango y nada más 1945-07-05 — Orquesta Carlos Di Sarli con Jorge Durán

Armando Lacava ; Letra: Carlos Waiss

Deux Bahienses sont à l'origine de notre tango du jour. Un pour la composition et l'autre pour l'interprétation. Pour être précis, un seul des compositeurs, Armando Lacava est de Bahía Blanca. Juan Pomati est né pour sa part en Italie, à Milan. Quoi qu'il en soit, Di Sarli a enregistré ce tango, tout juste composé.

Les pianistes bahienses et les autres…

Carlos Di Sarli et Armando Lacava, les deux pianistes de Bahía Blanca.

La mise en avant des pianistes de Bahía Blanca ne devrait pas faire passer à l'arrière-plan la contribution de Juan Pomati, le bandonéoniste qui a co-composé avec Lacava. Il était en effet un copiste très recherché à une époque où il n'existait pas de photocopieuses et a de son côté composé un certain nombre de titres dont une bonne part co-signée avec Tití Rossi dont il était un des bandonéonistes de l'orchestre. Impossible d'avoir une photo de lui, ce récent arrivée d'Italie est resté trop discret.

En revanche, j'ai une photo de l'auteur des paroles, Carlos Waiss.

Carlos Waiss

Extrait musical

Un tango y 1945-07-05 – Orquesta Carlos Di Sarli con .

Dès les premières notes, le piano de Di Sarli fait merveille. Il marque le tempo et donne un parfait contrepoint aux violons qui se balancent au-dessus. Tout s'enchaîne, s'harmonise. La voix de Durán lance les paroles avec un rubato qui donnera de l'élan au danseur, un balancement qui dynamisera la créativité de l'improvisation.
se termine avec un tutti incluant la voix de Durán et qui se perd dans le silence.

Paroles

Un tango más, un gorrión de barrio viejo
llega moliendo su cruel desilusión.
Rodando van los recuerdos de mi vida,
mi vida gris que no tiene ya canción.
Dónde estarán los que fueron compañeros,
mi amor primero de un claro anochecer,
y ese silbido llamando de la esquina
hacia el calor de aquel viejo café.

Quién sabe dónde está
lo que perdí, loco de afán.
Del tiempo que pasó
sólo quedó un tango más.

Tan sólo un tango más que trae
fracaso de no ser,
cansancio de mi andar.
La vida que al rodar, sólo dejó,
.

Un tango más, un gorrión de barrio viejo
tiembla en la sombra doliente del ayer.
Un tango más, y el juguete de la luna
vuelve a mentir en el triste anochecer.
Mi juventud la quemé en la cruz viajera
en la quimera de andar, siempre de andar.
Buscan mis ansias calor de primavera
y sólo hay un tango y nada más.

Armando Lacava ; Juan Pomati Letra: Carlos Waiss

Durán chante ce qui est en gras et termine en chantant de nouveau ce qui est en bleu.

chante également ce qui est en gras, mais il reprend ce qui est en rouge, puis ce qui est en bleu pour terminer. Aucun des deux ne chante le dernier couplet.

Eduardo Borda chante en plus de Julio Martel, la fin du dernier couplet (ce qui est en vert).

libre et indications

Un tango de plus, un moineau du vieux quartier arrive, ruminant sa cruelle désillusion (un gorrión en plus d'être un moineau est un profiteur, un pique-assiette).
Les de ma vie, ma vie grise qui n'a plus de chanson.
Où seront ceux qui étaient des compagnons, mon premier amour d'une soirée claire, et ce sifflement invitant depuis l'angle de la rue à la chaleur de ce vieux café.
Qui sait où est ce que j'ai perdu, fou d'impatience.
Du temps qui s'est écoulé, il ne restait plus qu'un tango.
Juste un tango de plus qui apporte l'échec de ne pas être, la fatigue de ma marche.
La vie qui en roulant n'a laissé qu'un tango et rien de plus.
Un tango de plus, un moineau du vieux quartier tremble dans l'ombre souffrante d'hier.
Un tango de plus, et le jouet de la lune recommence à mentir dans le triste crépuscule.
J'ai brûlé ma jeunesse sur la croix de voyage dans la chimère de la marche, toujours de la marche.
Ils cherchent mon désir de chaleur printanière et il n'y a qu'un tango et rien de plus.

Autres versions

Pas beaucoup d'enregistrement pour ce thème, mais il faut dire que la merveille de Di Sarli et Durán ne laissait pas beaucoup d'autres options aux autres orchestres.

Un tango y nada más 1945-07-05 – Orquesta Carlos Di Sarli con Jorge Durán. C'est notre tango du jour.
Un tango y nada más 1945-07-17 — Orquesta Alfredo De Angelis con Julio Martel.

De Angelis enregistre le titre 12 jours après Di Sarli. Ce n'est pas vilain et relativement dansant, mais sans doute pas aussi satisfaisant que la version de Di Sarli avec Durán.

Un tango y nada más 1986 – Orquesta con Eduardo Borda.

Cette version tardive date d'une époque où le tango de danse n'avait pas encore complètement retrouvé sa place. La jolie voix chaude de Borda donne plaisir à écouter ce titre, mais les n'y trouveront pas leur compte.

Un tango y nada más 2013-11-01 — Ariel Ardit. Ariel Ardit donne sa vision de l'œuvre.

Comme pour Borda, je n'irai pas proposer cela à des danseurs.

On pourrait continuer avec des tangos avec « nada más » dans le titre, il y en a près d'une vingtaine avec au moins un enregistrement… Mais ce sera pour une autre fois.

À demain les amis !