Archives par étiquette : Jacques Brel

Nada más 1938-07-08 – Orquesta Juan D’Arienzo con Alberto Echagüe

Juan D'Arienzo ; Luis Rubistein Letra : Luis Rubistein

Nous avons vu il y a peu Un tango y nada más où j'évoquais l'existence d'une vingtaine de tango contenant Nada más dans le titre. Celui-ci est le numéro 1… De plus, hier, j'ai été un peu dur avec D'Arienzo et Echagüe et je leur devais une revanche. Avec ce titre, ils marquent des points, beaucoup de points.

Extrait musical

Partition pour piano éditée par de Nada más.
Nada más 1938-07-08 – Orquesta Juan D'Arienzo con .

La musique se déroule en parties s'opposant, de passages martelés (bandonéons et piano) et d'autres ondoyants (violons). La voix de Echagüe se lance, pour un court passage, le refrain, en totale harmonie avec la musique qui continue en arrière-plan et reprend la main sur la même cadence et organisation jusqu'à la fin. Une version pour danseurs. On notera que les petites accentuations du piano sont un peu plus discrètes que dans les dernières versions avec Biagi au piano. Juan Polito est en train de trouver ses marques pour succéder aux mains sorcières de Rodolfo Biagi.

Paroles

No quiero nada, nada más
que no me dejes, frente a frente, con la vida.
Me moriré si me dejás
por qué sin vos no he de saber vivir.

Y no te pido más que eso,
que no me dejes sucumbir,
te lo suplico por Dios
no me quites el calor
de tu cariño y tus besos,
que, si me falta la luz
de tu mirar, que es mi sol,
será mi vida una cruz.

Cuánta nieve habrá en mi vida
sin el fuego de tus ojos!
Y mi alma, ya perdida,
sangrando por la herida,
se dejará morir,
y en la cruz de mis anhelos
llenaré de brumas mi alma,
morirá el azul del cielo,
sobre mi desvelo
viéndote partir.

No quiero nada, nada más
que la mentira de tu amor, como limosna.
¿Qué voy a hacer si me dejás
con el vacío de mi decepción?
No te vayas te lo ruego,
no destroces mi corazón,
si no lo hacés por amor
hacelo por compasión
pero por Dios no me dejés
jamás te molestaré,
seré una sombra a tus pies,
tirada en algún rincón.

Juan D'Arienzo ; Luis Rubistein Letra: Luis Rubistein

Echagüe ne chante que le refrain (en gras).
Roberto Maida chante ce qui est en bleu.
Ada Falcón chante tout et termine en reprenant le refrain (en gras).

Traduction libre

Je ne veux rien, rien de plus que tu ne me laisses pas face à face avec la vie.
Je mourrai si tu me quittes, car sans toi je ne saurai pas vivre.
Et je ne te demande rien de plus, que de ne pas me laisser succomber, je te supplie pour l'amour de Dieu, de ne pas m'enlever la chaleur de ton affection et de tes baisers, car s'il me manque la lumière de ton regard, qui est mon soleil, ma vie serait une croix.
Combien de neige il y aurait dans ma vie sans le feu de tes yeux !
Et mon âme, déjà perdue, saignant de la blessure, se laissera mourir, et sur la croix de mes désirs je remplirai mon âme de brouillards, le bleu du ciel mourra, sur mon insomnie en te regardant partir.
Je ne veux rien, rien de plus que le mensonge de ton amour, comme une aumône.
Que vais-je faire si tu me laisses avec le vide de ma déception ?
Ne t'en va pas (on pense à « Ne me quittes pas de Jacques Brel), je t'en supplie, ne détruis pas mon cœur, si tu ne le fais pas par amour, fais-le par compassion, mais par Dieu, ne me quitte pas (et voilà, nous sommes avec Jacques Brel). Jamais, je ne te dérangerai, je serai une ombre à tes pieds, couché dans un coin.

Paroles de la première version dédiée à []

Une première version de la musique a été associée à des paroles, également de Rubinstein à la gloire de Alfredo Callejas surnommé « El Tigre » qui était un jockey fameux de l'hippodrome de Palermo (Buenos Aires). Son fils également prénommé Alfredo a repris sa carrière comme entraîneur et quitta l'Argentine en 1977 pour aller s'occuper des chevaux de son compatriote Robert Pérez à New York (USA). Le petit fils d'Alfredo et fils d'Alfredo, Bernardo a suivi le même chemin et a un élevage de chevaux à Belmont (USA).
Les paroles évoquent . Il me semble qu'il s'agit d'un lieu situé à Barracas, dans le Sud de Buenos Aires, peut-être où vivait ce jockey et entraîneur.
Le nom est également celui d'un régiment argentin créé au 18e siècle et dissous au 19e (notons qu'un régiment de ce nom existe toujours en Uruguay). Il est donc peu probable que Alfredo soit réellement un membre de Blandengues. je propose plutôt d'y voir un hommage historique, ce jockey rejoignant les illustres défenseurs de la patrie (contre les peuples premiers), ou tout simplement son lieu d'origine, le Sud de Buenos Aires étant un lieu particulièrement propice aux exploits équestres et au tango, d'autant plus qu'il y avait à l'époque de grands espaces propices à ces exercices. Aujourd'hui encore, un grand parc subsiste, El parque Leonardo Pereyra.

Sos de Blandengues el mejor
Y no hay quién tenga tu muñeca pa' tallar,
Ni se conoce un cuidador
Con más carpeta pa' poder ganar.

Y de Blandengues sos el mago
Que ha conquistado más halagos,
« Tigre » Callejas, no hay qué hacerle
Se impone tu muñeca de gran « compositor ».

Juan D'Arienzo ; Luis Rubistein Letra : Luis Rubistein

Traduction libre de la première version dédiée à Alfredo Callejas [Callejas solo (A Alfredo Callejas)]

Tu es de Blandengues le meilleur et il n'y a personne qui a ton poignet pour dominer (tallar n'est pas à prendre dans le sens de tailler, mais de dominer, c'est du lunfardo), ni aucun soigneur connu avec plus d'habileté (carpeta en lunfardo) pour pouvoir gagner.
Et de Blandengues vous êtes le magicien qui a conquis le plus d'éloges, « Tigre » Callejas, il n'y a rien à faire, votre talent (muñeca en lunfardo = habileté) de grand « compositeur » s'impose (un compositor en lunfardo est un préparateur de chevaux de course).

Autres versions

Callejas solo (A Alfredo Callejas) 1928 – Orquesta Juan D'Arienzo con .

D'Arienzo et Rubinstein avaient déjà utilisé cette même musique sous le titre Callejas solo. Vous reconnaîtrez sans peine l'air, même si l'interprétation est extrêmement différente. Heureusement que Carlos Dante chante très peu, car sa voix n'est pas des plus agréable dans cet .

Callejas solo 1930 – Orquesta Eduardo Bianco.

Même si cette version instrumentale a été publiée sous le titre de Callejas Solo, la douceur de son interprétation semble plus adaptée aux nouvelles paroles, celle de Nada más. La version française serait donc un précurseur des futures versions.

Nada más 1938-07-08 – Orquesta Juan D'Arienzo con Alberto Echagüe. C'est notre tango du jour.
Nada más 1938-08-22 – Orquesta Francisco con Roberto Maida.

On remarque tout de suite que l'interprétation de Canaro est plus suave. Maida chante d'une voix caressante. On est aux antipodes de la version de D'Arienzo. Deux ambiances pour deux moments distincts de la . Les deux sont parfaits pour la danse.

Nada más 1938-09-28 – Ada Falcón con acomp. de Francisco Canaro.

Un mois plus tard, Canaro enregistre avec sa chérie, Ada Falcón une version à écouter. C'est absolument clair. L'orchestre introduit directement le chant, puis par la suite ne sert que de ponctuation. Ada chante quasiment a capella. C'est une version très étonnante, mais passionnante.

Nada más 1958-07-10 – Orquesta Juan D'Arienzo con Jorge Valdez.

Je suis sûr qu'aucun danseur n'échangera la version de D'Arienzo avec Echagüe avec celle interprétée par Jorge Valdez. On a la guimauve, sans l'émotion d'Ada Falcón.

Nada más 1971-12-20 – Orquesta Juan D'Arienzo con Mercedes Serrano.

Treize ans plus tard, D'Arienzo enregistre sa troisième version du titre avec Mercedes Serrano. Il l'enregistrera même deux fois avec elle. Je trouve que la version avec Mercedes Serrano en 1971 est bien plus intéressante que celle avec Jorge Valdez.

Pour terminer la liste des versions, je vous propose un autre enregistrement, par les mêmes. Il s'agit d'une version enregistrée dans l'émission El Tango del Millón en 1971 (ou 1975 selon les sources). La vidéo a été colorisée par qui effectue un travail formidable, à la fois avec son orchestre Los Herederos del Compás et pour faire revivre cet orchestre dont son père était l'un des chanteurs qui remplaça, à mon avis très efficacement, Jorge Valdez.

Juan D'Arienzo con Mercedes Serrano. 1971 ou 1975.

Et Jacques Brel, dans l'affaire ?

La photo de couverture a sans doute étonné certains, je vous dois une explication, que vous avez peut-être déjà devinée en prenant connaissance des paroles.
Ce n'est pas à cause de ses dents de cheval que j'ai choisi une image de Jacques Brel, même si cela pouvait être une référence au jockey Callejas, mais à cause des paroles de sa chanson immortelle « Ne me quitte pas ».

Nada más. Jacques Brel, ne me quitte pas.

En effet, elle se termine par :

« Laisse-moi devenir
L'ombre de ton ombre
L'ombre de ta main
L'ombre de ton chien
 »

Jacques Brel, fin de Ne me quitte pas.

Ce qui résonne un peu comme la fin des paroles de Rubinstein :

“jamás te molestaré,
seré una sombra a tus pies,
tirada en algún rincón.”

Luis Rubistein, fin des paroles de Nada más.

L'idée d'être l'ombre de l'autre est une image intrigante, peut-être même inquiétante. Aimer serait devenir un non-être, une réplique sombre et fidèle de l'être aimé, un oubli de soi total. Je vous laisse méditer sur la question. Je ramasserai les copies dans deux heures. N'oubliez pas d'écrire votre nom en haut de la feuille, mais auparavant, délectez-vous de la chanson de Jacques Brel.

Ne me quitte pas, Jacques Brel

« Il n'est de grand amour qu'à l'ombre d'un grand rêve ».

Edmond Rostand (Cyrano de Bergerac)

À demain, les amis !