Archives par étiquette : La tupungatina

La tupungatina 1952-06-27 — Orquesta Osvaldo Pugliese

Cristino Tapia (musique et paroles), arrangements de

Peut-être que certains se sont demandé d'où venait ce nom étrange. La , Beba, Zum (de Piazzolla) et maintenant Tupungatina (de Tapia) sont dans le lexique étonnant des œuvres jouées par Pugliese. Je pourrais vous dire que ça vient de la petite localité de Tupungato, du département de Tupungato, célèbre pour son volcan du même nom. La Tupugatina est une habitante de ce lieu. Ce serait donc une banale chanson en l'honneur d'une femme, mais vous vous en doutez, il y a une surprise que nous découvrirons en fin d'article.

Extrait musical

La tupungatina 1952-06-27 — Orquesta
La tupungatina, Partition originale nous donnant des informations que nous allons distiller en fin de notice…

Paroles

Ya me voy para los campos que añoro
a buscar de olvido y dejarte,
a ver si con esta ausencia pudiera
en relación a otro tiempo olvidarte,
a ver si con esta ausencia pudiera
en relación a otro tiempo olvidarte.

He vivido tolerando martirios,
y jamás pienso mostrarme cobarde,
arrastrando una cadena tan fuerte
hasta que mi triste vida, se acabe,
arrastrando una cadena tan fuerte
hasta que mi triste vida, se acabe.

Cuando le he enseñado al tiempo mis penas
no hay mal que por bien no venga, aunque escarche
cuando no haya tierra, ni agua, ni cielo
se acabarán mis tormentos cobardes,
cuando no haya tierra, ni agua, ni cielo
se acabarán mis tormentos cobardes.

Cristino Tapia (musique et paroles), arrangements de Roberto Pepe

libre et indications

Je m'en vais par les champs qui me manquaient pour chercher l'herbe de l'oubli et te laisser, pour voir si avec cette absence je pourrais par rapport à un autre temps, t'oublier, pour voir si avec cette absence je pourrais par rapport à un autre temps, t'oublier.
J'ai vécu en tolérant des martyres, et je n'ai jamais eu l'intention de me montrer lâche, en traînant une chaîne si forte jusqu'à ce que ma triste vie s'achève, en traînant une chaîne si forte jusqu'à ce que ma triste vie s'achève.
Quand j'ai appris au temps, mes peines, il n'y a pas de mal qui ne vienne pour le bien, même s'il gèle, quand il n'y aura plus de terre, plus d'eau, plus de ciel, mes lâches tourments finiront, quand il n'y aura plus de terre, plus d'eau, plus de ciel, mes lâches tourments finiront. (L'auteur est des Andes et donc il peut évoquer le froid de l'hiver, avec le gel, la neige et le brouillard qui fait perdre les repères, la terre, l'eau et le ciel).

Autres versions

Je vous avais promis une surprise, la voici. Il s'agit de la version originale de ce titre qui était à l'origine une zamba (danse traditionnelle argentine qui se danse avec des mouchoirs. Voir l'anecdote sur la 7 de april).

La Tupungatina 1950 C (Zamba) — Dúo Moreyra-Canale.

L' est tardif, mais il restitue la composition originale dont on n'a pas d'enregistrement d'époque. C'est donc la première surprise, que Pugliese, s'intéresse à une zamba.

Sueños 1920c — Dúo Tapia-Almada.

Ce titre n'est pas celui du jour, mais il permet d'entendre chanter le Dúo Tapia-Almada.

La tupungatina 1921 (Tonada) y José Razzano con acomp. de Guillermo Barbieri, (guitarras).

On peut faire la relation de style avec le Dúo Tapia-Almada.

Cristino Tapia, à gauche, au centre, Carlos Gardel et à droite, Guillermo Barbieri (el negro)
La tupungatina, Partition de 1921.

Parmi les informations que l'on peut tirer de cette partition :

  • Elle est dédicacée par Cristino Tapia à une disciple de Elisa Orellana nommée Carmen D. de Gramajo. Je n'ai pas d'information sur cette dernière, mais Elisa Orellana est sa femme, avec qui il fera par la suite un duo, comme il l'a fait avec Francisco Almada (ils sont en photo sur la couverture), auparavant avec son frère José María, puis par la suite avec Cartos, Llanes, et enfin sa femme avec qui il a enregistré plus d'une centaine d'albums de 1925 à 1930.
  • On voit que le Duo de Gardel avec José Razzano interprétant ce titre a obtenu un grand succès à Buenos Aires.
  • Il est indiqué « Tonada » qui est une forme de chanson et non plus Zamba. Gardel était passé par là. Ce dernier a enregistré une vingtaine de titres de Tapia. C'était donc une collaboration régulière.
Cristino Tapia, à gauche, au centre, Carlos Gardel et à droite, Guillermo Barbieri (el negro)

Puis le thème semble avoir été oublié du domaine du tango. Il a continué à vivre sa vie chez les chanteurs de folklore, sous forme de tonada ou de zamba.
En 1952, Pugliese enregistre le titre, à sa sauce, ou plutôt à la sauce d'un de ses bandonéonistes, Roberto Pepe. À sa mort, le 29 novembre 1955, son collègue Esteban Enrique dédiera un tango qui sera enregistré le 20 mars 1956 par Pugliese.

A Roberto Peppe 1956-03-20 – Osvaldo Pugliese.

L'hommage rendu par Gilardi à son collègue récemment disparu. Bien sûr, ce n'est pas le thème du jour.
Cela permet de rappeler que les musiciens de Pugliese étaient généralement aussi arrangeurs, voire compositeurs et qu'ils formaient un groupe assez solidaire autour de leur chef.
Écoutons maintenant la magie de Pepe qui transforma une zamba/tonada en un chef-d'œuvre du tango.

La tupungatina 1952-06-27 — Orquesta Osvaldo Pugliese. C'est notre .
La tupungatina 1952-11-13 — Orquesta Osvaldo Pugliese.

Le petit frère de notre tango du jour, né la même année, moins de cinq mois plus tard, quasi des jumeaux. Le petit frère est un peu plus long, près de quatre minutes contre un peu plus de trois minutes trente pour la première version.

S'il ne semble pas y avoir d'enregistrements notables du titre par la suite, les chanteurs de folklore continuent de l'utiliser comme en témoigne cette superbe version de Jorge Cafrune.

La tupungatina 1965 — Jorge Cafrune.

Une magnifique interprétation de ce grand du folklore argentin. C'est une zamba, mais pas si évidente à danser de par l'interprétation particulière.

Voici une version hors du temps qui pourrait rappeler les polyphonies corses…

La tupungatina 1976 — Chango Farías Gómez — Grupo Vocal Argentino.

Et pour terminer, on retourne avec un orchestre de tango, Solo Tango qui nous propose une version énergique et dansable. C'est, bien sûr, sur une base des arrangements de Roberto Pepe.

La tupungatina 2021 — Solo tango.

À demain les amis…