La capilla blanca 1944-07-11 – Orquesta Carlos Di Sarli con Alberto Podestá

Carlos Di Sarli Letra : Héctor Marcó (Héctor Domingo Marcolongo)

Une grande partie des titres composés par Carlos Di Sarli ont des paroles de Héctor Marcó, comme Corazón (le premier titre de leur collaboration), Porteño y bailarín, Nido gaucho, Juan Porteño, En un beso la vida, Rosamel, Bien frappé, et la merveille d'aujourd'hui, , transcendée par la voix de Alberto Podestá.

Héctor Marcó écrira les paroles de ce tango à la suite d'une expérience personnelle. Carlos Di Sarli le mettra soigneusement en musique, avec le temps nécessaire pour donner sa mesure à un sujet qui parlait à sa sensibilité. Di Sarli n'était pas un compositeur de l'instant, il savait prendre son temps…

Comme vous le découvrirez à la lecture des paroles si vous ne les connaissiez pas, ce tango pourrait être l'objet d'un fait divers, comme en relatent les journalistes, journalistes auquel ce tango est dédié.

”Existe un gremio que siempre pidió para los demás, y nunca para sí mismo. …Ese gremio, es el de los periodistas. Muy justo entonces que yo lo recuerde con cariño y dedique a todos los periodistas de la Argentina, este tango”. Carlos Di Sarli.

inscrite sur la couverture de la partition éditée par Julio Korn.

« Il existe un syndicat qui a toujours demandé pour les autres, et jamais pour lui-même… Ce syndicat c'est celui des journalistes. C'est donc très juste que je m'en souvienne avec affection et que je dédie ce tango à tous les journalistes argentins. » Carlos Di Sarli.

Si vous souhaitez en savoir plus sur ce titre, je vous conseille cet article de l'excellent blog Tango al Bardo.

Extrait musical

La capilla blanca 1944-07-11 – Orquesta Carlos Di Sarli con Alberto Podestá.

Les propositions légères des violons sont ponctuées de lourds accords du piano de Di Sarli. La tonalité passe du mode majeur au mode mineur à diverses reprises, suggérant des émotions mêlées. À 1:20 la chaleureuse voix de Podestá reprend le motif des violons. Le passage au second thème est signalé par un point d'orgue appuyé. Il déroule ensuite le début des paroles jusqu'à l'ultime note.

La capilla blanca À gauche édition Korn sur laquelle on peut lire la dédicace aux journalistes Au centre et à droite édition brésilienne de la Partition Le chanteur est Victor Manuel Caserta Je nai malheureusement pas trouvé dinterprétation enregistrée par lui On notera quil est né à <a href=httpsdj byccomWPtagbuenos aires class=st tag internal tag rel=tag title=Publications étiquetées avec Buenos Aires>Buenos Aires<a> de parents dorigine brésilienne Il fut également poète mais pas auteur de <a href=httpsdj byccomWPtagtextes class=st tag internal tag rel=tag title=Publications étiquetées avec Textes>textes<a> de tango à ma connaissance

Paroles

En la capilla blanca
de un pueblo provinciano,
muy junto a un arroyuelo de cristal,
me hincaban a rezar
tus manos…
Tus manos que encendían
mi corazón de niño.
Y al pie de un Santo Cristo,
las aguas del cariño
me dabas de (a) beber.

Feliz nos vio la luna
bajar por la montaña,
siguiendo las estrellas,
bebiendo entre tus cabras,
un ánfora de amor…
Y hoy son aves oscuras
esas tímidas campanas
que doblan a lo lejos
el toque de oración.
Tu voz murió en el río,
y en la capilla blanca,
quedó un lugar vacío
¡Vacío como el alma
de los dos…!

En la capilla blanca
de un pueblo provinciano,
muy junto a un arroyuelo de cristal,
presiento sollozar
tus labios…
Y cuando con sus duendes
la noche se despierta
al pie de Santo Cristo,
habrá una rosa muerta,
¡que ruega por los dos!

Carlos Di Sarli Letra: Héctor Marcó

Alberto Podestá et Mario Pomar chantent seulement ce qui est en gras.

Traduction libre

Dans la chapelle blanche d'un village provincial, tout près d'un ruisseau de cristal, tes mains m'ont agenouillé pour prier…
Tes mains qui ont illuminé mon cœur d'enfant.
Et au pied d'un Saint Christ, tu m'as donné à boire les eaux de l'affection.
La lune nous a vus descendre heureux de la montagne, suivant les étoiles, buvant parmi tes chèvres, une amphore d'amour…
Et aujourd'hui, ce sont des oiseaux obscurs, ces cloches timides qui sonnent au loin l'appel à la prière.
Ta voix s'est éteinte dans la rivière, et dans la chapelle blanche, une place vide a été laissée.
Vide comme l'âme des deux… !
Dans la chapelle blanche d'un village provincial, tout près d'un ruisseau de cristal, je sens tes lèvres sangloter…
Et quand avec ses duendes (sorte de gnomes, lutins de la mythologie argentine) la nuit se réveillera au pied du Saint Christ, il y aura une rose morte,
Priez pour nous deux !

Comme vous l'aurez noté, les paroles ont une connotation religieuse marquée. C'est assez courant dans , l'Argentine n'ayant pas la séparation de l'église et de l'état comme cela peut se faire en France et la religion, les religions sont beaucoup plus présentes. Par ailleurs, Di Sarli était religieux et donc ce type de traitement du sujet n'était pas pour lui déplaire.

Autres versions

La capilla blanca 1944-07-11 – Orquesta Carlos Di Sarli con Alberto Podestá.

C'est notre tango du jour et probablement la version de référence pour ce titre. Podesta ne chante que les premiers couplets.

La capilla blanca 1953-06-26 – Orquesta Carlos Di Sarli con Mario Pomar (Mario Corrales).

J'aime beaucoup Mario Pomar. Cette version est suffisamment différente de celle de 1944 pour avoir tout son intérêt. Son tempo est plus lent, plus majestueux. Je peux passer indifféremment, selon les circonstances, l'une ou l'autre de ces versions.

La capilla blanca 1973 – Roberto Rufino.

Comment dire. Rufino qui a fait de si belles choses avec Di Sarli aurait peut-être pu se dispenser de cet . Même pour l'écoute, je ne le trouve pas satisfaisant, mais je peux me tromper.

La capilla blanca 1973 – Alberto Podestá accomp. Orquesta de Leopoldo Federico.

La capilla blanca 1973 – Alberto Podestá accomp. Orquesta de Leopoldo Federico. Podestá enregistre de nouveau son grand succès. Ici, avec l'orchestre suave et discret de Leopoldo Federico.

La capilla blanca 1986 – Alberto Podestá accomp. Orquesta de Alberto Di Paulo. Encore Podestá.
La capilla blanca 2000c – Alberto Podestá accomp. Orquesta de Leopoldo Federico.

Podestá accompagné par Federico nous propose une autre version encore plus lente.

La capilla blanca 2008 (publication 2009-09) – José Libertella (Pepe) con Adalberto Perazzo.

Pepe Libertella, le leader du propose cette version de notre tango du jour. Adalberto Perazzo chante tous les couplets, y compris la triste fin.

La capilla blanca 2011 – Orquesta Típica Gente de Tango con Héctor Morano.
La capilla blanca 2020-07-10 – Pablo Montanelli.

Dans son interprétation au piano, Pablo Montanelli fait ressortir le rythme de habanera à la main gauche.

L' de couverture

Une chapelle blanche au bord d'une rivière, ça ne se trouve pas si facilement.
J'ai pensé délirer à partir de la création de , Notre dame du haut à Ronchamp.

Notre Dame du Haut à Ronchamp architecte Le Corbusier Le cours deau au premier plan est bien sûr une création de ma part

Premier jet que je n'ai pas continué, la chapelle aussi magnifique soit elle ne me paraît pas pouvoir convenir et je ne voyais pas comment l'intégrer avec une rivière qui aurait détruit la pureté de ses lignes.

J'ai pensé ensuite à différentes petites églises vues du côté de Salta ou Jujuy, comme l'église dont j'adore le graphisme épuré.

Une photo brute avant toute intervention de la Iglesia San José de Cachi

Cette église a également les trois cloches, comme sur la partition éditée par Julio Korn. Cependant, cela fait trop église et pas assez chapelle. Trois cloches pour une chapelle, c'est trop, même si cela a peut-être été validé par Di Sarli et Marcó comme on l'a vu sur la partition éditée par Jules Korn.
Je pense que j'aurais pu en faire un truc intéressant, type art déco ou autre stylisation.
Une autre candidate aurait pu être la chapelle mystérieuse de Rio Blanco. Elle est assez proche du Rio Rosario. Je vous la laisse découvrir en suivant ce lien…
J'ai finalement opté pour l'image que j'ai choisie. Un paysage romantique, situé quelque part dans les Andes. Pourquoi les Andes, je ne sais pas. Sans doute que c'est, car il y a mes paysages préférés d'Argentine. Et puis le texte parle de montagne, alors, autant en choisir de belles…
La montagne a été constituée à partir d'éléments pris dans les Andes, dont le merveilleux pic de El Chalten, la montagne qui fume. La chapelle est en fait un ermitage dédié à la Virgen de Fátima en Asturies (Espagne). Ce n'est pas couleur locale, mais c'est la même église que José María Otero a utilisée pour son texte sur ce tango. Pour donner un effet romantique, l'eau est en pose longue et j'ai joué d'effets dans Photoshop, pour la lumière et l'aspect vaporeux. Je trouve que le résultat, avec sa rivière meurtrière et ce contre-jour dévoilant des ombres inquiétantes, exprime bien ce que je ressens à la lecture du texte de Héctor Marcó.

La capilla blanca dans ce montage vous reconnaîtrez El Chalten la montagne qui fume cet impressionnant pic de la Patagonie La chapelle est en fait lermitage de la Virgen de Fátima en Asturies Espagne

À demain, les amis.

author avatar
DJ BYC Bernardo DJ - VJ

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.