Archives par étiquette : Juan Carlos Casas

Milonga de mi flor 1940-06-28 — Orquesta Pedro Laurenz con Juan Carlos Casas

Feliciano Brunelli (Feliciano Juan Brunelli) Letra: Carlos Bahr (Carlos Andrés Bahr)

L' ne va pas spécialement vous aider à trouver le thème de cette . C'est une milonga et la fleur, pourrait être la danseuse. Mais, l'expression « de mi flor » a un autre sens qui semble plus adapté à cette milonga qui dispose de deux versions de paroles. Écoutons et voyons cela.

Extrait musical

1940-06-28 — Orquesta con Juan Carlos Casas
Milonga de mi flor (à droite) avec sur la gauche, Un amor, un des titres du film « Cita en la frontera » avec

Paroles de la version chantée par Juan Carlos Casas

Con revuelos de percales
las mozas la bailaron
en las floridas tardes
del viejo Montserrat.

“Venga, vea este corte”
pregonaba algún taura
al mandarse un redoble
sobre el piso de tablas.

Dedicando a la reunión
como una flor, su compadrada,
retador en la intención
de deslumbrar con sus hazañas
Lindos tiempos aquellos,
del ligero
al compás de un milongón
que para más, puede mi flor.

Feliciano Brunelli Letra: Carlos Bahr

Traduction libre de la version chantée par Juan Carlos Casas

Avec des envolées de percale (calicot, étoffe légère et bon marché), les belles filles la dansaient dans les après-midi fleuris du vieux Montserrat.
« Venez, voyez ce corte » proclama un des tauras (caïd, personnage « important ») en envoyant un martèlement sur le parquet.
Dédiant à la réunion comme une fleur, sa compagne, provocateur dans l'intention d'éblouir par ses exploits.
Ce sont de beaux moments, du fandango léger au rythme d'un milongón que pour plus, peut ma fleur.

Autres versions

Cela va aller assez vite, il n'y a que deux enregistrements, réalisés à moins de six mois d'intervalle.

Milonga de mi flor 1940-06-28 — Orquesta Pedro Laurenz con Juan Carlos Casas. C'est notre milonga du jour.
Milonga de mi flor 1940-12-03 – Orquesta Julio De Caro con Héctor Farrel

Paroles de la version chantée par Héctor Farrel

La florearon las guitarras
Trenzando bordoneos,
En las tenidas bravas
Por el noventa y dos.

Repicando tacones
Con redoble compadre,
Desde el sud hasta el norte
Se jugó en un alarde.
Fue la flor del arrabal
Para el ojal de los cantores,
Y en la voz del mayoral
Por la ciudad, bordó primores.

Fue canción de vereda
Y patrón de trastienda,
Porque tuvo un corazón
Que entreveró, rencor y amor.

Feliciano Brunelli Letra: Carlos Bahr

Traduction libre de la version chantée par Héctor Farrel

Les guitares l'ont fleurie de bordoneos tressés (jeu sur les trois cordes graves de la guitare), dans les lieux vaillants pour une quatre-vingt-douze.

Une 92 (pièce de 2 centavos de 1892).

Claquant des talons en roulement de tambour joint, du sud au nord, il se jouait en fanfaronnade.
C'était la fleur des faubourgs pour la boutonnière des chanteurs, et dans la voix du mayoral (celui qui faisait payer le billet dans le tramway) à travers la ville, il brodait des motifs de première.

C'était une chanson du trottoir et un motif d'arrière-boutique, parce qu'il avait un cœur qui s'entremêlait, ressentiment et amour.

Pourquoi ce titre ?

De mi flor signifie quelque chose d'excellent. En français, on parle de « fleur de l'âge ».
Vous avez compris que le narrateur, dans chacune des versions, est un fanfaron qui se vante de danser comme un ____________ (complétez avec le terme de votre choix).

Milonga et milongón

Je rajouterai un titre très proche Milongón de mi flor composé par et interprété par Francisco , la même année.

Milongón de mi flor 1940-04-18 — Quinteto dir. .

Un milongón, c'est à la fois un style de milonga d'origine uruguayenne que Canaro a essayé de lancer, sans grand succès, mais c'est aussi un bal populaire ; un désordre bruyant voire une bagarre.
Je vous laisse danser ces trois milongas et vous dit, à demain les amis, depuis ma ville chérie, Buenos Aires.