Archives par étiquette : Los Mancifesta

Mandria 1957-06-29 – Orquesta Juan D’Arienzo con Mario Bustos

Letra: Juan Miguel Velich; Francisco Brancatti

Mandria, encore un grand tango, adoré par les danseurs. Si ce sont les versions de D'Arienzo qui sont les plus connues, il y a d'autres versions intéressantes et que je vous propose ici. Attention, on entre dans l'univers hostiles des gauchos, mandrias, s'abstenir.

Extrait musical

Mandria 1957-06-29 – Orquesta Juan D'Arienzo con Mario Bustos
Partition de Mandria. On voit le combat avec les rebenques.

Paroles

Tome mi poncho… No se aflija…
¡Si hasta el cuchillo se lo presto!
Cite, que en la cancha que usté elija
he de dir y en fija
no pondré mal gesto.

Yo con el cabo ‘e mi rebenque
tengo ‘e sobra pa' cobrarme…
Nunca he sido un maula, ¡se lo juro!
y en ningún apuro
me sabré achicar.

Por la mujer,
creamé, no lo busqué…
Es la acción
que le viché
al varón
que en mi rancho cobijé…
Es su maldad
la que hoy me hace sufrir :
Pa' matar
o pa' morir
vine a pelear
y el hombre ha de cumplir.

Pa' los sotretas de su laya
tengo güen brazo y estoy listo…
Tome… Abaraje si es de agaya,
que el varón que taya
debe estar previsto.
Esta es mi marca y me asujeto.
¡Pa' qué pelear a un hombre mandria !
Váyase con ella, la cobarde…
Dígale que es tarde
pero me cobré.

Juan Rodríguez Letra: Juan Miguel Velich ; Francisco Brancatti

Traduction libre et indications

Prenez mon poncho… Ne vous affligez pas…
Et jusqu'au couteau, je vous le prête !
Racontez, que dans le lieu (terrain pour le duel, se dit aussi du terrain de foot) que vous choisissez, il faut dire et assurément (fija en lunfardo, chose sûre), je n'aurai pas de mauvais geste.
Moi, avec la tête de mon fouet j'ai largement pour me couvrir (protéger)…

Cabo de rebenque (tête de fouet de gaucho). On voit la dragonne qui permet de le tenir fermement au poignet et la boule de métal qui devait donner de forts mots de tête quand elle entrait en contact avec le crâne de l'adversaire…

Je n'ai jamais été un lâche, je vous le jure !
Et sans aucune urgence je saurais me faire petit.
Pour la femme, croyez-moi, je ne l'ai pas cherché…
C'est l'action que j'ai vue de l'homme que j'ai hébergé dans mon ranch…
C'est sa méchanceté qui aujourd'hui me fait souffrir :
Pour tuer ou pour mourir, je suis venu me battre et l'homme doit s'y conformer.
Pour un malotru de ce type, j'ai un bon bras et je suis prêt…
Prenez… Abattu s'il est fait de galle, (agaya = agalla = excroissance qui se forme sur un arbre à cause de la piqûre d'un insecte) que le mec qui a parlé doit être prévenu.
C'est ma devise et je m'y tiens.
Pourquoi combattre un homme pleutre !
Allez avec elle, la lâche…
Dites-lui qu'il est tard, mais que j'ai été payé.

J'ai quelques doutes sur l'interprétation, est-ce qu'au final il a mis une raclée avec son fouet au type qui était allé avec sa femme et qu'il chasse les deux, ou qu'il ne prend pas la peine de s'attaquer au pleutre (mandria) et qu'il le chasse avec la femme infidèle.

Autres versions

Mandria 1927-03-17 — con guitarras.

Mandria 1927-03-17 — Rosita Quiroga con guitarras. Les prestations de Rosita, l'artiste à la mode remportèrent beaucoup de succès au théâtre et à la radio, ce qui lança le titre comment en témoignent les autres enregistrements réalisés dans les deux mois qui suivirent. Dans cet , elle est accompagnée de trois guitaristes. Sa voix, marquée de souffrance l'avait fait surnommée, la toujours blessé (La eterna herida) ou la muse pauvre (La musa mistonga), car elle était un produit des faubourgs dont elle avait la diction et la gouaille. En 1927, elle était au fait de sa gloire et l'année précédente, Antonio Polito et Celedonio Flores pour les paroles, lui avaient écrit un tango La musa mistonga.

Rosita Quiroga, La musa mistonga
Mandría 1927-03-25 — Orquesta Roberto Firpo.

Une Jolie version, assez lente et bien dansable.

Mandría 1927-05-10 – Orquesta

La version de Fresedo a des points communs avec celle de Firpo.

Mandria 1927-05-19 – Orquesta con

Encore une version assez proche, un tempo plus marqué, mais bien sûr, la grande différence est le refrain chanté par Agustín Irusta.

Avec Canaro se terminent les enregistrements de la première vague. Quatre en deux mois, c'est un beau succès pour le titre, mais attendez la suite…

Mandria 1939-08-09 – Orquesta Juan D'Arienzo con .

Après une pause de douze ans, une nouvelle version de notre titre du jour. C'est sans doute la version la plus célèbre. Contrairement aux versions de la décennie précédente on est face à un titre énergique, brillant, qui donne envie de danser.

Mandria 1954-04-22 — Orquesta con Mario Bustos.

Une version chantée avec une voix un peu recherchée. Pas forcément la version préférée des danseurs.

Mandria 1957-06-29 – Orquesta Juan D'Arienzo con Mario Bustos. C'est notre .

Trois ans plus tard, Bustos enregistre le thème avec D'Arienzo qui lui est aussi avec sa deuxième version, la première étant de 18 ans plus ancienne, avec Echagüe.
Il est intéressant de comparer la version de Del Piano avec celle de D'Arienzo, elles sont proches en date et c'est le même chanteur. Del Piano a laissé plus de liberté à Bustos et même si D'Arienzo laisse Bustos chanter toutes les paroles, il reste dans le cadre de la danse, ce qui n'est aps toujours le cas d'autres orchestre de l'époque qui augmentent aussi fortement la part chantée des tangos.

Mandria 1970 — Orquesta Juan Cambareri con Héctor Berardi.
Mandria 1980c — Los Mancifesta con .
Mandria 2022 – El Cachivache Quinteto.

El rebenque

On a déjà parlé de l'armement des gauchos, notamment du facón (couteau) et du poncho (enroulé autour du bras en protection).

L'arme d'aujourd'hui est le rebenque. C'est une sorte de cravache ou de fouet court. D'un côté, il y a la poignée (cabo) et de l'autre, la queue.

À gauche, un rebenque entier avec au premier plan el cabo en métal. La tenue du rebenque avec la dragonne au poignet. Combat au rebenque selon une illustration de Molina. Le poncho enroulé sur le bras sert à se protéger. Rebenque et facón, deux armes redoutables, dessins de Mario Lopez Osornio Ici, il tient le rebenque par la queue. On imagine donc le résultat de la fappe du cabo sur l'adversaire. Dans le combat, le rebenque sert également à désarmer l'adversaire de son couteau.