Archives par étiquette : prison

La gayola 1941-06-23 — Orquesta Francisco Lomuto con Fernando Díaz

Rafael Eulogio Tuegols Letra: Armando José María Tagini

, je suis sûr que certains ont l'habitude de l'apprécier par Rodriguez et Moreno. Mon célèbre esprit de contradiction et la date du jour fait que je vous propose une version moins connue, mais tout à fait intéressante. Elle a été enregistrée deux semaines plus tard par et Fernando Díaz.

Extrait musical

La gayola 1941-06-23 – Orquesta Francisco Lomuto con Fernando Díaz.

Le staccato initial de l'orchestre donne le ton. C'est une version énergique. Cependant, elle alterne avec des passages plus doux. C'est une interprétation en contraste, sans monotonie et qui reste dansable de bout en bout.

Éditée par , dont nous avons parlé à diverses reprises, La gayola, partition pour piano avec Rodriguez en couverture.

Paroles

¡No te asustes ni me huyas !… No he venido pa' vengarme
si mañana, justamente, yo me voy pa' no volver…
He venido a despedirme y el gustazo quiero darme
de mirarte frente a frente y en tus ojos contemplarme,
silenciosa, largamente, como me miraba ayer…

He venido pa'que juntos recordemos el pasado
como dos buenos amigos que hace rato no se ven;
a acordarme de aquel tiempo en que yo era un hombre honrado
y el cariño de mi madre era un que había echado
sobre mi alma noble y buena contra el frío del desdén.

Una noche fue la muerte quien vistió mi alma de duelo
a mi buena
(tierna) madrecita la llamó a su lado Dios…
Y en mis sueños parecía que la pobre, desde el cielo,
me decía que eras buena, que confiara siempre en vos.

Pero me jugaste sucio y, sediento de venganza…
mi cuchillo en un mal rato envainé en un
y, más tarde, ya sereno, muerta mi única esperanza,
unas lágrimas rebeldes
(amargas) las sequé en un bodegón.

Me encerraron muchos años en la sórdida gayola
y una tarde me libraron… pa' mi bien…o pa' mi mal…
Fui sin rumbo por las calles y rodé como una bola;
Por la gracia de un mendrugo, ¡cuántas veces hice cola!
las auroras me encontraron largo a largo en un umbral.

Hoy ya no me queda nada; ni un refugio… ¡Estoy tan pobre!
Solamente vine a verte pa' dejarte mi perdón…
Te lo juro; estoy contento que la dicha a vos te sobre…
Voy a trabajar muy lejos…a juntar algunos cobres
pa' que no me falten flores cuando esté dentro ‘el cajón.

Rafael Eulogio Tuegols Letra: Armando José MaríaTagini

Fernando Díaz chante tout ce qui est en gras.
Armando Moreno chante ce qui est en bleu.
(Entre parenthèses, des variantes des paroles).
Gardel chante encore d'autres variantes que je ne reproduis pas ici.

Traduction libre et indications

N'aie pas peur et ne me fuis pas… Je ne suis pas venu me venger si demain, justement, je pars pour ne plus revenir…
Je suis venu te dire au revoir et je veux me donner le plaisir de te regarder face à face et dans tes yeux me contempler, en silence, pendant un long moment, comme tu me regardais autrefois (ayer est hier, ou le passé, comme ici)
Je suis venu pour qu'ensemble nous puissions nous souvenir du passé comme deux bons amis qui ne se sont pas vus depuis longtemps ; de me souvenir de cette époque où j'étais un homme honnête et où l'affection de ma mère était un poncho que j'avais jeté sur ma noble et bonne âme contre le froid du dédain.
Une nuit, c'est la mort qui a revêtu mon âme de deuil, ma tendre petite mère l'a appelée à ses côtés, Dieu…
Et dans mes rêves, il me semblait que la pauvre créature, du ciel, me disait que tu étais bonne, que je devais toujours te faire confiance.
Mais tu m'as joué salement et, assoiffé de vengeance…
mon couteau dans un mauvais moment, je l'ai fourré dans un cœur…
Et, plus tard, déjà serein, mon seul espoir mort, j'ai séché quelques larmes amères dans un bodegón (restaurant populaire).
Ils m'ont enfermé pendant de nombreuses années dans la sordide geôle et une après-midi ils m'ont libéré… pour mon bien… ou pour mon mal…
J'errais sans but dans les rues et roulais comme une balle ; par la grâce d'un quignon de pain, combien de fois j'ai fait la queue !
Les aurores me trouvèrent bien souvent sur un pas de porte.
Aujourd'hui, il ne me reste rien ; pas un refuge… Je suis si pauvre !
Je suis seulement venu te voir que pour te laisser mon pardon…
Je te jure ; je suis heureux que le bonheur te sourie…
Je vais travailler très loin… pour récolter quelques piécettes (cobres, pièces de menue monnaie en cuivre) afin de ne pas manquer de fleurs quand je serai dans le cercueil.

Autres versions

La gayola 1927-05-19 – Orquesta . Cette première version est instrumentale.
La gayola 1927-08-20 – Carlos Gardel con acomp. de Guillermo Barbieri, José Ricardo (guitarras).
La gayola 1941-06-09 – Enrique Rodriguez con Armando Moreno.
La gayola 1941-06-23 – Orquesta Francisco Lomuto con Fernando Díaz. C'est notre .

Et on termine par quatre versions à écouter.

La gayola 1957-07-22 — con Julio Sosa.

Peu de temps après, Julio Sosa se détachera de l'orchestre de Pontier pour faire carrière solo et il se rapprochera de l'orchestre de Federico qui l'accompagnera jusqu'à sa mort.

La gayola — Edmudo Rivero accomp. Guitare.
La gayola — Edmundo Rivero accomp. Horacio Salgan.

Il est intéressant d'écouter deux versions, une à la guitare et l'autre avec un orchestre.

On termine par Julio Sosa en vidéo. Moins d'un an plus tard, il trouvait la mort dans un accident de la route, juste après avoir chanté ce titre avec l'orchestre de . En effet, c'était sa « cumparsita ». Il terminait toujours ses prestations par La gayola.
Esto es mi homenaje al Varón del tango.

Julio Sosa chante la gayola avec l'orchestre de Leopoldo Federico.
La gayola.

La gayola, la geôle, la . Remarquez le numéro sur la porte… Cela vous rappelle un autre tango ?