Archives par étiquette : Osvaldo Donato

Veneración 1933-07-13 – Orquesta Edgardo Donato

Letra:

Edgardo Donato a fait une double réussite en enregistrant cette composée par son frère. La première est d'avoir exécuté une valse magnifique, la seconde est d'avoir écarté les paroles de cet . En effet, si les paroles nous permettent de comprendre le titre, elles sont plutôt médiocres et il est vraiment préférable que les auditeurs et danseurs imaginent leur propre sur la musique.

Extrait musical

1933-07-13 – Orquesta Edgardo Donato.
Veneración. Partition Osvaldo Donato Letra: Adolfo A. Vedani.

L'attention est attirée par les coups de « klaxon ». Cela attire aussi l'attention des danseurs qui peuvent se demander ce qui se passe et ce qui va passer. Après 25 secondes, la valse démarre, elle tourne imperturbablement, ce titre est entraînant et plait en général aux danseurs qui aiment les valses. Certains n'aiment pas les valses, tant pis pour eux…

Paroles (extrait)

Amada mía, pido en mis ruegos
Al de los cielos con gran devoción
Que te conserve fresca y lozana rosa
Temprana de mi honda pasión
Tu eres alivio de mis pesares que en otros lares
Yo conquisté pues en tus labios
Que son dos corales hallé la dulce calma que ambicioné.
Mujer amada diosa divina, con tu cariño yo soy feliz.
Si el me faltara mi vida muere
Por qué tú eres mi único amor pues y tus caricias
Calmas las penas de mi existir
Porque en mis noches de cruel insomnio
Sabes calmarme con tu elixir

Adolfo A. Vedani

libre

On comprend pourquoi on ne trouve pas de version avec les paroles. L'intention est touchante, mais le résultat est assez pauvre et plat.Mon aimée, je demande dans mes prières vers les cieux, avec une grande dévotion, qu'il te garde fraîche et luxuriante rose.
Dès le début de ma passion profonde, tu es le soulagement de mes chagrins, plus que toute autre personne généreuse (lare signifie en lunfardo personne généreuse, ou corps…).
J'ai conquis ensuite sur tes lèvres qui sont deux coraux, j'ai trouvé le doux calme que je convoitais.
Femme aimée, déesse divine, avec ton affection, je suis heureux.
Si elle me faisait défaut, ma vie mourrait.
Parce que tu es mon seul amour et que de tes baisers et de tes caresses tu apaises les chagrins de mon existence.
Parce que dans mes nuits d'insomnie cruelle, tu sais comment me calmer avec ton élixir.
Cet extrait des paroles permet de comprendre le thème de la valse. Comme la seule version enregistrée est celle de Donato et qu'elle est instrumentale, je pense que vous pouvez oublier les paroles et ne garder que les images que vous souhaitez pour vous inspirer dans la danse…

Autres versions

Il n'y a pas d'autre version… Vous pouvez donc réécouter cette jolie valse 😉

Mais avant de nous quitter, je vous pose la question de si vous préférez cette valse avec son assez longue introduction de 25 secondes ou en entrée directe. Comme DJ, j'ai tendance à supprimer l'introduction en milieu de , mais beaucoup moins en début de tanda, l'introduction étant un appel. Les danseurs peuvent terminer tranquillement les miradas/cabeceos et être sur la piste au moment où la musique démarre. J'annonce juste au micro que ce sont des valses et que ça démarre après l'introduction.

Veneración 1933-07-13 – Orquesta Edgardo Donato (avec l'introduction de 25 secondes).
Veneración 1933-07-13 – Orquesta Edgardo Donato (sans l'introduction)

À demain, les amis !

El huracán 1950-04-14 – Orquesta Edgardo Donato instrumental y con Carlos Almada

; Edgardo Donato Letra:

Ce 14 avril est un jour faste, je vous propose deux tangos du jour. Ils portent le même nom, El huracán, ils sont composés par les mêmes frères Donato et ils ont été enregistrés le même jour. La seule différence est que l'un des deux est chanté par .

Extrait musical

Voici les deux tangos enregistrés par Donato, le compositeur, le 14 avril 1950, il y a 74 ans.

El huracán 1950-04-14 — Orquesta Edgardo Donato instrumental
El huracán 1950-04-14 — Orquesta Edgardo Donato con Carlos Almada

Ces deux versions sont incroyablement différentes. Les instruments s'amusent énormément dans la première version, instrumentale. Les nuances sont plus marquées.

La version chantée par Carlos Almada a un rythme plus soutenu. La voix de Carlos Almada dit presque plus que chante les paroles. Cette version tonique décoiffe plus que la précédente, mais perd sans doute un peu de son intensité musicale. Il faudra écouter les deux.

Les paroles

El huracán desarraigó con crueldad
el rosal que planté en el jardín
de mi amor que cuidé con afán
y, al nacer una flor, la traición
le cortó sin piedad su raíz
y el rosal nunca más floreció.
Como al rosal mi ilusión la mató
un amor de mujer que mintió.
Cristo soy con mi cruz al andar,
compasión solo doy al pasar.
Vendaval que arrasó mi querer,
huracán transformado en mujer.

Fueron sus caricias
llenas de mal y traición,
labios que mintieron despiadados
y al besar su falsa boca
se me helaba el .
Ilusión que se fue,
amor que mató.
Una mala mujer que lleva
el veneno escondido
en su negro corazón.

Te perdoné porque odiar yo no sé,
ni rencor para ti guardaré
sólo sé que su mal derrumbó
el Edén que hilvané con fervor,
luz de amor que jamás volverá
a alumbrar a mi fiel corazón.
Vago sin fe con mi cruz de dolor,
hoy vivir para mí es crueldad
juventud que le di sin dudar
y jugó sin piedad con mi amor.
Vendaval que arrasó mi querer,
huracán transformado en mujer.

Osvaldo Donato; Edgardo Donato Letra: Nolo López (Manuel López)

libre

L'ouragan a cruellement déraciné le rosier que j'avais planté dans le jardin de mon amour que j'ai entretenu avec empressement, et quand une fleur est née, la trahison a impitoyablement coupé sa racine et le rosier n'a plus jamais fleuri.
Comme le rosier, mon illusion a été tuée par l'amour d'une femme qui a menti.
Christ je suis avec ma croix quand je marche, la compassion je ne donne qu'en passant.
Un coup de vent qui a arasé mon amour, un ouragan transformé en femme.


Ses caresses étaient pleines de mal et de trahison, ses lèvres qui mentaient impitoyablement, et embrasser sa bouche, fausse me glaçait le cœur. L'illusion qui s'en est allée, l'amour qui tua.

Une mauvaise femme qui porte le poison caché dans son cœur noir.

Je t'ai pardonné parce que je ne sais pas haïr, je ne garderai pas de rancœur envers toi, ce que je sais c'est que ta mauvaiseté a fait s'effondrer l'Eden que j'avais arrosé avec ferveur, une lumière d'amour qui n'illuminera plus jamais mon cœur fidèle.

J'erre sans foi avec ma croix de douleur, aujourd'hui vivre pour moi, est une cruelle jeunesse que je lui ai donnée sans hésitation et que j'ai jouée sans pitié avec mon amour.
Un coup de vent qui a arasé mon amour, un ouragan transformé en femme.

Autres versions par Donato

Donato a enregistré deux versions en 1950, mais il nous a laissé également deux versions en 1932. Voici cette doublette :

El huracán 1932-12-09 — Orquesta Edgardo Donato con Félix Gutiérrez — Prise 1.
El huracán 1932-12-09 — Orquesta Edgardo Donato con Félix Gutiérrez — Prise 2.

Pour information, c'est la version inaugurale qui a été jouée avant cet enregistrement au Salón San Martín (en 1928), plus connu sous le nom de Salón Rodríguez Peña et aujourd'hui, Teatro El Vitral.
Pour mémoire, voici nos deux tangos du jour :

El huracán 1950-04-14 — Orquesta Edgardo Donato instrumental
El huracán 1950-04-14 — Orquesta Edgardo Donato con Carlos Almada

Donato l'enregistrera une dernière fois en 1961 avec la voix d'Andrés Galarce.

El huracán 1961-11-01 — Orquesta Edgardo Donato con Andrés Galarce

Autres versions par d'autres orchestres

El huracán 1943 — Dir. Guillermo Neira.

Une version incroyable, comment les guitares virtuoses arrivent à produire le son de la tempête. Maintenant, un orchestre dont on pourrait qu'il soit à la mesure du défi de la tempête, celui de Juan D'Arienzo.

El huracán 1944-07-07 — Orquesta Juan D'Arienzo. D'Arienzo produit une belle prestation, notamment grâce au piano de .
El huracán 1948-09-21 — Orquesta Alfredo De Angelis.

De Angelis, avec son piano encore plus présent que dans la version de D'Arienzo de 1944 donne une belle version. Le rendu de la tempête avec les cordes rendant l'effet de vent en compagnie du piano est assez différent. Une version qui défile, emportée par le vent, jusqu'à la dernière note.

El huracán 1952 — Orquesta Tito Martín.

Pour représenter les années 50, j'ai choisi l'orchestre de Tito Martín, rarement diffusé en . Il faut dire qu'il s'inscrit dans la lignée de ces orchestres à la manière de D'Arienzo et que donc on peut (doit ?) préférer passer l'original. Cependant, il ne démérite pas et je pense que beaucoup de ne remarqueront pas qu'il ne s'agit pas de D'Arienzo… Ah ! vous pensez que l'on ne peut pas tromper les danseurs ? Lisez cette anecdote jusqu'au bout et vous serez surpris…

El huracán 1967 — Orquesta Fulvio Salamanca.

L'ancien pianiste de D'Arienzo fait sa version personnelle, assez originale. Il récidivera avec une version semblable 8 ans plus tard.

El huracán 1973 — Orquesta Florindo Sassone.

Sassone, toujours à la recherche du temps perdu. Sa recherche de joliesse nuit sans doute à la force du message. Pour moi, ce n'est pas une version convaincante. Le vent manque de conviction, difficile de se faire emporter comme le rosier par son souffle.

El huracán 1987 — Los Solistas de D'Arienzo dir. by Carlos Lazzari.

La majorité des DJ passent ce titre en annonçant qu'il est de D'Arienzo. C'est bien sûr faux, D'Arienzo étant mort en 1976, soit plus de 11 ans avant cet enregistrement… Cependant, le chef d'orchestre est Carlos Lazzari, bandonéoniste et arrangeur de D'Arienzo dans ses dernières années. Les musiciens sont également en grande partie ceux de l'orchestre. C'est donc un héritage et le mensonge n'est pas trop fort. Cela permet de proposer une version plus énergique que celle de 1944, qui est un peu décevante sur ce point, bien que tout à fait convenable pour la danse.

Je vous laisse donc tourbillonner aux sons du terrifiant ouragan qui déracine les rosiers.

Vous pouvez continuer avec la plupart des orchestres contemporains qui continuent d'enregistrer de nouvelles versions de ce titre, la plupart dans l'esprit de D'Arienzo, mais le mieux, c'est de les danser en présence des orchestres, ce qui est possible très souvent à .

Lágrimas 1939-03-06 — Orquesta Edgardo Donato con Horacio Lagos

Edgardo Donato Letra: Maruja Pacheco Huergo

Le tango du jour, Lágrimas a été enregistré il y a exactement 85 ans par Donato et Lagos.
Maruja Pacheco Huergo, l'auteure des paroles a su trouver les mots pour parler de la détresse de l'abandon. Je vous invite donc, au-delà de ce thème, à découvrir cette femme exceptionnelle, auteure de tangos sublimes comme
.

Le tango du jour

L'association Donato et Lagos a donné un grand nombre de tangos magnifiques. Celui d'aujourd'hui, qui fête son anniversaire aujourd'hui, parle de tristesse, mais la musique dynamique de Donato se démarque de la plupart des tangos portant ce titre « Lagrimas » en abandonnant la tristesse généralement de mise.
On compatit aux larmes, mais on se laisse emporter dans la musique pour danser sur la piste ce tango entraînant.
Notons que Donato a également enregistré une de ce titre écrite par Vicente Vilardi ; J. Pastene Letra : Juan De la Calle (Federico Saniez).
Je reviendrai sur ce point dans quelques jours, au sujet de Lágrimas y sonrisas ; la tristesse et les valses.

L'orchestre de Donato

Edgardo Donato

Edgardo Donato était violoniste et au début de son orchestre, en 1930, il jouait en plus de diriger l'orchestre.
Dans l'orchestre on retrouve deux des ses huit frères Osvaldo au piano et Ascanio au violoncelle.
Petit cadeau, la composition de son orchestre en 1930 et en 1936. Dans l'orchestre de 1936, on remarque trois chanteurs qui ont produit plusieurs titres ensemble, leurs voix se mariant parfaitement.

Instrumentistes Orchestre de 1930 Orchestre de 1936
Bandonéonistes José Roque Turturiello
Vicente Vilardi
Miguel Bonano
José Roque Turturiello
Vicente Vilardi
Eliseo Marchesse
José Budano
Violonistes Edgardo Donato
Armando Julio Piovani
Pascual Humberto Martínez
Armando Julio Piovani
Domingo Mirillo
José Pollicita
Pianiste Osvaldo Donato
Violoncelliste Ascanio Donato Ascanio Donato
Contrebassiste José Campesi José Campesi
Accordéoniste   Washington Bertolini
(pseudo de Osvaldo Bertoni)
qui était aussi pianiste.
Chanteurs
Antonio Rodríguez Lesende
Carlos Viván
Horacio Lagos
Lita Morales
Romeo Gavio
L'orchestre d'Edgardo Donato en 1930 et 1936. Remarquez la présence de ses frères Osvaldo (Piano) et Ascanio (violonceliste)

L'orchestre d'Edgardo Donato en 1933 (ce n'est pas la composition du 6 mars 1939, mais il y a les trois frères Donato, Edgardo, Osvaldo et Ascanio.

Maruja Pacheco Huergo

Sous ses allures discrètes et modestes se cachait un génie. Maruja, Pacheco Huergo.

Maruja Pacheco Huergo de son véritable nom, María Esther Pacheco Huergo était une femme remarquable. Je vous propose donc quelques éléments sur Maruja (surnom hypocoristique de Maria).
Si on se limite à sa production de tango, on pourrait citer El adiós, Don Naides, del aguatero, Sinfonía de arrabal, ou Vuelves et quelques autres dont elle est la compositrice et parfois aussi l'auteure, comme pour le tango du jour dont elle n'a écrit que les paroles. Mais elle a écrit aussi environ 600 titres dans tous les rythmes. C'était donc une compositrice particulièrement prolifique.
Mais Maruja était aussi pianiste, chanteuse, auteure et actrice, voire professeur de piano et de chant. Le meilleur est qu'elle a fait tous ces métiers avec . Elle était l'épouse de , lui-même écrivain de tangos et journaliste, mais avec nettement moins de rayonnement que son épouse.

Extrait musical

Lágrimas 1939-03-06 — Orquesta Edgardo Donato con Horacio Lagos

Les paroles

Ansias de hundir en las sombras
la angustia infinita que quiero ocultar.
Ansias de llorar tu llanto,
pena de quererte tanto,
voy por un camino largo
llevando en mi alma buena
mi propio desencanto…
arrastrando en mi agonía
la cruz de mi resignación.

Lágrimas…
En la amargura de mi vida son,
bálsamo…
Que cicatrizan mi dolor.
Benditas una y mil veces estas lágrimas,
sinceras, que brotaron
de mi pobre corazón.

Lágrimas…
Que enmudeciendo mis tristezas van,
lágrimas…
tibia llovizna de pesar.
Hoy llegan hasta el cáliz de mi vida,
suavizando la nostalgia
de esta inmensa soledad.

Edgardo Donato Letra: Maruja Pacheco Huergo

D'autres enregistrements

Lágrimas n'a été enregistré que par Donato. Avec Horacio Lagos en 1939 et Oscar Peralta en 1956.

Lágrimas 1939-03-06 — Orquesta Edgardo Donato con Horacio Lagos. Tango du jour.

C'est le tango du jour. J'ai eu la chance de le danser hier à la milonga Nuevo Chique avec l'excellent DJ Dany Borelli. Je confirme que malgré les paroles, le plaisir de le danser est total.

Lágrimas 1956-06-21 – Orquesta Edgardo Donato con Oscar Peralta

Cette dernière version va sans doute surprendre les fans de Donato qui oublient trop souvent que beaucoup de chefs d'orchestres ont eu une carrière très longue et que par conséquent, ils ont évolué pour rester dans l'air du temps. En 1956, on est plus en direction de l'écoute que du tango de bal, par exemple.
Signalons que le même jour, Donato et Lagos ont enregistré De punta a punta une milonga écrite par Osvaldo Donato avec des paroles de Sandalio Gómez.

De punta a punta 1939-03-06 Orquesta Edgardo Donato con Horacio Lagos / Osvaldo Donato Letra Sandalio Gómez

Des rires aux larmes et des larmes aux rires

Nous reviendrons prochainement sur ce thème (le 26 mars), mais en attendant, deux titres.

Risas y lágrimas 1927-04-08 (valse) — Roberto Firpo con Jazz Band / F. Caso (rires et larmes)

Lágrimas y sonrisas 1950 y su Cuarteto (valse) / Pascual De Gullo Letra : Francisco Gullo (larmes et rires) où Pascual De Gullo a merveilleusement joué des passages des modes mineurs à majeurs pour moduler les variations d'émotion.

Nous terminons donc sur des rires, mais avec moi, vous le savez, .

Ce tango a aussi été chanté avec sensibilité par deux hommes, Horacio Lagos et Oscar Peralta. Les hommes aussi peuvent pleurer les tristesses de la vie.